La KrF et les libéraux ont perdu 2000 membres - 3

KrF et les libéraux ont perdu plus de 2000 membres en un an

Alors que les conservateurs gagnent plus de membres, le nombre des partis du centre, les libéraux (Venstre) et les chrétiens-démocrates (KrF) les perdent régulièrement.

Bien que les sondages aient été relativement stables pendant un certain temps, les chiffres des membres montrent une réalité différente. En un an, les libéraux sont passés de 8048 membres en 2016 à 7057 membres en 2017.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

– L’année dernière, en particulier la première moitié de l’année, a été caractérisée par des discussions bruyantes. Cela a beaucoup à dire sur la volonté des gens de se joindre à nous. Mais la situation s’est améliorée au second semestre, a déclaré le secrétaire général Christian Herzog au journal Klassekampen (Lutte de classe). Il ajoute que le parti engage désormais une mesure de recrutement pour inverser la situation.

Les chrétiens-démocrates (Kristelig Folkeparti) ont une organisation très forte et ont été le plus grand parti en nombre de membres après le Parti travailliste. Mais ces dernières années, le parti a perdu plus d’un millier de membres chaque année.

Découvrez un magnifique Fjord

De 2016 à 2017, le parti est passé de 21.122 membres à 20.050. La secrétaire générale, Hilde Frafjord Johnson, a déclaré que le déclin était lié à une tendance à long terme dans les partis moins intéressés par l’appartenance à un parti. Elle ajoute que beaucoup de personnes âgées abandonnent sans recrutement suffisant pour les remplacer.

Les conservateurs (Høyre) se développent et sont maintenant le deuxième plus grand parti derrière les travaillistes (Arbeiderpartiet). En 2017, le nombre de membres a augmenté de plus de 1100 membres, passant de 28585 en 2016 à 29700 en 2017.

Le parti travailliste (Ap) comptait 54 856 membres en 2016, mais l’année dernière, le nombre de membres a été réduit de 1533 membres à 53323, selon Dagbladet.

Les chiffres des effectifs sont communiqués par les bureaux du parti.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui