La Cour suprême décide si le temps de déplacement est du temps de travail - 3

La Cour suprême se penche maintenant sur une question qui pourrait avoir des conséquences financières pour plusieurs centaines de milliers de travailleurs en Norvège. La question est simple : le temps de déplacement est-il du temps de travail ?

Si votre employeur vous informe que demain vous devez travailler à Lillehammer. Ce soir, vous devez voyager d’Oslo à Lillehammer pour être prêt à faire le travail. Avez-vous droit à une rémunération et à des heures supplémentaires pour le temps que vous passerez à voyager ce soir ?

« Selon la réglementation en vigueur, ce temps de déplacement sera normalement considéré comme du temps libre et vous n’aurez pas droit à un salaire ou à des primes de retraite, sauf accord avec un employeur », a déclaré le conseiller juridique Hans Gjermund Gauslaa de la société de ressources humaines « Infotjenester ». .

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

La Cour suprême a examiné l’affaire les 2 et 3 mai et rendra probablement sa décision avant l’été.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« Étant donné que la décision de la Cour suprême aura de très grandes implications financières pour les employés et les employeurs, il y a beaucoup d’enthousiasme à propos de ce qu’ils décident », a déclaré Gauslaa.

AELE : le temps de trajet est du temps de travail

La Cour suprême a demandé à la Cour de l’AELE en 2016 de l’aider à interpréter la législation de l’EEE dans ce domaine. La Cour AELE a confirmé en novembre dernier que le temps de déplacement doit être considéré comme du temps de travail lorsqu’un employé reçoit l’ordre de son employeur d’effectuer des tâches en dehors de son lieu de travail habituel.

Le point de départ de l’évaluation était le cas d’un officier de police norvégien qui était habituellement employé au Gaular Länsmannskontor à Sogn et Fjordane. Dans plusieurs cas où il a été envoyé en mission ailleurs dans la région, le temps de déplacement n’a pas été approuvé comme temps de travail.

 »La Cour de l’AELE a examiné la question à partir de la directive européenne sur le travail, une directive à laquelle la Norvège est également liée. La déclaration de l’AELE est basée sur ce que la Cour suprême considère maintenant concernant l’affaire », a déclaré Gauslaa.

La question est de savoir combien d’autres que ce seul policier seront touchés par la décision, a-t-il soutenu.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui