Le prix Rafto va à la Pologne - 3

Le prix Rafto à un militant des droits de l’homme en Pologne

L’avocat polonais et médiateur pour les droits de l’homme, Adam Bodnar, reçoit le prix Rafto pour 2018.

Le prix commémoratif de Thorolf Rafto est décerné à Adam Bodnar pour sa voix importante dans le développement politique en cours en Pologne, un défenseur des minorités et le rôle indépendant des tribunaux en Pologne.

Le prix est basé sur le fait que Bodnar, en tant que médiateur, a mis en lumière le rôle crucial des institutions de médiation indépendantes pour les droits de l’homme, à la fois en Pologne et dans d’autres pays, où des acteurs et des institutions protégeant les droits fondamentaux sont attaqués.

Médias d’État

Le parti du droit et de la justice en Pologne (PiS), qui a remporté les élections d’octobre 2015 et qui dispose d’une majorité à l’Assemblée nationale, a introduit un certain nombre de changements législatifs qui limitent l’indépendance des tribunaux.

Le gouvernement a également pris le contrôle des médias d’État peu de temps après les élections et licencié la direction.

Malgré les protestations majeures et les menaces de sanctions de l’UE, l’Assemblée nationale a adopté la loi en 2017, qui en pratique laisse le contrôle de la Cour suprême aux politiciens.

Peur des extraterrestres en Pologne

Les lois actuelles restreignent les droits du public à la perspicacité et la possibilité d’influencer. Les droits des groupes vulnérables sont maintes fois mis de côté.

Le lauréat souligne que la politique du gouvernement contribue à accroître la peur des étrangers et légitime la haine contre les groupes vulnérables. Il estime que les droits de l’homme et la tolérance doivent être enseignés dans les écoles polonaises.

En tant que médiateur pour les droits de l’homme, Adam Bodnar a travaillé avec les droits des minorités en combattant la haine et la violence. Cela s’applique en particulier à la situation des migrants, des minorités ethniques nationales, des femmes, des personnes handicapées et des minorités sexuelles.

Réprimande publique

la fondation Rafto déclare que le Médiateur accomplit sa mission contre un vent contraire.

L’existence de l’institution du médiateur est aujourd’hui menacée et Adam Bodnar est exposé à des reproches publics. Ils sont accusés d’avoir diffusé de fausses informations et soumis à de vives critiques, à des discours de haine et à des menaces personnelles dans les médias d’État.

Le budget du Médiateur a été sévèrement réduit tandis que le nombre d’affaires a augmenté. En outre, le médiateur est contré par les autorités et, dans de nombreux cas, les lettres ne sont pas traitées et les suggestions ignorées. Il a également été suggéré que l’institution ne devrait plus être protégée par la Constitution.

Adam Bodnar a prêté serment en tant que médiateur par l’Assemblée nationale en septembre 2015. En tant que fonctionnaire, il ne peut pas recevoir le prix en argent qui accompagne le prix Rafto. La Fondation a donc décidé que le prix en argent irait à une organisation ou à une personne travaillant pour les droits de l’homme en Pologne.

Le prix Rafto sera décerné le dimanche 4 novembre à Bergen.

Le prix Rafto

Le prix commémoratif du professeur Thorolf Rafto est un prix décerné par la Fondation Thorolf Rafto pour les droits de l’homme à des individus, des organisations ou des groupes qui luttent pour des idées et des principes qui soutiennent la charte des droits de l’homme de l’ONU.

Thorolf Rafto était professeur d’histoire économique à la Norwegian School of Economics.

Le prix Rafto est décerné chaque année le premier dimanche de novembre à la Scène nationale de Bergen.

Le prix Rafto est décerné chaque année depuis 1987 et a progressivement acquis une grande attention et un prestige international. Le prix est décerné à des personnes, groupes ou organisations qui ne sont pas connus dans le monde.

L’intention est de créer une concentration autour d’eux afin que le travail qu’ils effectuent devienne plus facile.

Quatre des récipiendaires ou sujets qui ont reçu le prix Rafto ont ensuite reçu le prix Nobel de la paix – Aung San Suu Kyi, José Ramos-Horta, Kim Dae-jung, Shirin Ebadi.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui