La Norvège veut un recrutement «daltonien» - Norway Today - 3

L’État norvégien veut un recrutement «daltonien»

L’État norvégien veut mettre en place des pratiques de recrutement «daltoniennes». Ce communiqué de presse explique comment il entend y parvenir.

«Dans l’État, ce sont les qualifications, et non le nom, qui décideront qui obtiendra le poste. L’objectif du gouvernement est que le secteur public reflète la population norvégienne. Pour y parvenir, nous devons garder un œil attentif sur nos propres préjugés lorsque nous embauchons. Le gouvernement norvégien lance donc un procès avec des candidatures anonymes dans le secteur public qui garantira une pratique de recrutement daltonienne », déclare la ministre des Affaires municipales, Monica Mæland (conservatrice).

Le ministère des Collectivités locales et de la Modernisation envoie aujourd’hui une lettre à tous les ministères et leur demande de sélectionner un domaine d’activité chacun pour participer à l’expérience. Le projet débutera au printemps 2019 et s’achèvera avant Noël 2020.

Découvrez un magnifique Fjord

«L’expérience permettra de déterminer si l’utilisation de candidatures anonymes conduira à un plus grand nombre d’immigrants appelés à un entretien d’embauche et à se voir proposer un poste chez un employeur public», poursuit Mæland.

Découvrez un magnifique Fjord

L’expérience fait partie de la promesse d’intégration. Le but est d’évaluer si les candidatures anonymes sont un bon outil pour intégrer davantage d’immigrants sur le lieu de travail.

L’anonymisation s’applique jusqu’à l’entretien

Les informations du candidat sont rendues anonymes lors de la première présélection des candidats susceptibles d’être qualifiés pour un poste. Toutes les informations anonymisées ne sont mises à la disposition de l’employeur qu’après la première présélection des candidats.

«Tout le monde est pour une vie professionnelle inclusive, mais nous ne pouvons nous contenter de grands mots. Le gouvernement norvégien se lance dans un travail novateur à grande échelle qui vise à garantir que l’État recrute encore plus largement. Le temps est écoulé pour ceux qui pensent qu’Olsen vient automatiquement avant Hussein dans la file d’attente de recherche d’emploi », explique le ministre.

Toutes les informations sur les candidats seront toujours disponibles pour les autres dans l’entreprise (par exemple le service des ressources humaines) – afin que les règles sur la liste de recherche étendue et la liste de recherche publique puissent être respectées.

Le nom du demandeur est flouté numériquement

Les tentatives précédentes avec des applications anonymes ont été réalisées en masquant manuellement les noms. Cela demande beaucoup de ressources. Cette expérimentation sera réalisée avec un flou numérique qui évitera aux entreprises des travaux administratifs inutiles.


Le principal défi de l’intégration est l’emploi

L’essai avec des candidatures anonymes dans le secteur public contribuera à l’apprentissage et à une meilleure connaissance du processus d’embauche d’immigrants.

«Nous devons oser être ouverts sur le fait que les attitudes discriminatoires inconscientes de l’employeur peuvent affecter les processus de recrutement, même dans l’État. Rien n’indique que l’État est l’âne de la classe, mais nous devrions avoir des ambitions plus élevées que cela. L’Etat en tant qu’employeur doit se caractériser par le fait qu’il est un employeur inclusif, qui voit la compétence de l’ensemble de la population », conclut Mæland.

Lettre: Essais avec demandes anonymes dans l’État norvégien (pdf)

© Regjeringen.no / #La Norvège aujourd’hui