Le Parti travailliste veut obtenir une majorité pour la construction d'un chemin de fer dans le nord de la Norvège - 3

Le Parti travailliste (AP) soutiendra la proposition du Parti du centre (SP), de la gauche socialiste (SV) et du Parti du progrès (FRP) lorsque la question de la ligne nord de la Norvège sera discutée mardi au parlement norvégien, et garantira ainsi une majorité pour la proposition.

Le Parti travailliste a décidé lors de sa réunion nationale de ce week-end qu’il soutiendrait sa proposition d’examiner la ligne nord de la Norvège dans le cadre du Plan national de transport (NTP).

Ceci est différent de la proposition du Parti du centre, du Parti de la gauche socialiste et du Parti du progrès. Ils veulent réaliser le développement ferroviaire en dehors du NTP, dans les plus brefs délais.

Lors du Politisk Kvarter sur la radio norvégienne (NRK) mardi, la députée Cecilie Myrseth a déclaré que le parti travailliste soutiendrait sa propre proposition et l’autre lorsque la question sera examinée par le parlement norvégien plus tard mardi.

«Nous votons aujourd’hui en faveur des deux propositions. Les deux propositions indiquent que les travaux doivent commencer. Nous précisons ce qu’est ce travail. Ces propositions sont très similaires, et il ne devrait y avoir aucun doute que nous réaliserons la ligne de la Norvège du Nord, et par conséquent, nous voterons pour les deux propositions », a déclaré Myrseth.

Cependant, elle a souligné que rien n’est clair en ce qui concerne la nouvelle ligne et qu’une étude et une planification approfondies sont nécessaires avant que la pelle ne soit bloquée dans le sol.

«Où la piste doit-elle aller, comment doit-elle être construite pour être respectueuse du climat et moderne? Ce projet doit aborder toutes ces choses, au même titre que d’autres projets », a déclaré Myrseth.

«Une journée historique»

Parmi les partisans, la conversion du Parti travailliste est accueillie avec joie et bras ouverts. La députée Sandra Borch (SP) de Troms a applaudi le nouveau soutien du Parti travailliste à la proposition.

«C’est un jour de joie. Une journée historique. Le Parti travailliste a clairement vu que notre proposition va plus loin qu’ils ne le pensaient. Nous souhaitons la bienvenue au Parti travailliste à bord », a déclaré Borch à NTB.

Le porte-parole de la politique commerciale des SV et leader adjoint Torgeir Knag Fylkesnes a qualifié le soutien de l’AP de grande avancée.

«Sans chemin de fer, le nord de la Norvège serait devenu une périphérie à un moment où les émissions diminuent et les transports écoénergétiques augmentent. Avec le chemin de fer, de grandes opportunités s’ouvrent à l’industrie et aux personnes. Nous ferons partie de Jernbane-Norge », a déclaré Fylkesnes dans un commentaire à NTB.

«Maintenant, la planification commence à voir comment l’itinéraire sera conçu, et surtout comment s’assurer que la piste n’affaiblit pas les pâturages et les industries samis – ce sera important», a-t-il poursuivi.

113 milliards de couronnes

En mai de l’année dernière, la même proposition du Parti du centre, du Parti de la gauche socialiste et du Parti du progrès a été rejetée au parlement. À l’époque, le Parti travailliste a dit non à la proposition et a soutenu que le projet était si vaste qu’il devait obtenir sa propre analyse.

Le plan ferroviaire a été analysé pour la dernière fois en 2019 par la Direction des chemins de fer norvégiens. À l’époque, il avait été conclu que le chemin de fer entre Fauske et Tromsø pouvait coûter environ 113 milliards NOK.

Près de la moitié du tronçon de 375 kilomètres se fera dans un tunnel. Cependant, une telle ligne ne serait pas rentable sur le plan socio-économique, selon la Direction des chemins de fer norvégiens. Les calculs de la Direction montrent que la société perdrait entre 46 et 109 milliards NOK si la ligne était construite.