Les Nations Unies (ONU) disent que 20 millions de personnes souffrent d'une crise de la faim - 3

Le monde est confronté à la pire crise humanitaire depuis 1945, a déclaré le chef d’état-major humanitaire de l’ONU, Stephen O’Brien. Plus de 20 millions de personnes dans quatre pays courent un risque imminent de mourir de faim.

L’ONU a longtemps mis en garde contre une famine massive due à la sécheresse prolongée qui s’est produite dans les régions concernées. Vendredi, O’Brien a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU un transfert immédiat de fonds supplémentaires pour sauver des vies au Yémen, au Soudan, en Somalie et dans le nord-est du Nigeria.

Il a déclaré que sans un effort concerté et coordonné, de nombreuses personnes mourront de faim et beaucoup d’autres mourront de maladie.

Découvrez un magnifique Fjord

« Pour être tout à fait clair, nous avons besoin de 4,4 milliards de dollars (37,7 milliards de couronnes) avant juillet », a déclaré O’Brien.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

En plus de demander des fonds, le responsable des urgences a demandé un accès sûr et sans entrave aux zones touchées, pour fournir une assistance humanitaire et un effort total pour éviter une catastrophe.

L’ONU a défini le problème comme incluant une famine qui a touché plus de 30% des enfants de moins de cinq ans qui souffrent actuellement de malnutrition, causant déjà un taux de mortalité de plus de deux décès pour 10 000 habitants par jour.

Déjà, depuis le début de la sécheresse, nous sommes confrontés à la pire crise humanitaire depuis la fondation de l’ONU.

Aujourd’hui, plus de 20 millions de personnes dans quatre pays sont touchées par la faim, a déclaré O’Brien.

La pire crise se situe dans l’État du Yémen, où les deux tiers des 18,8 millions d’habitants ont besoin d’une aide d’urgence. Le nombre de personnes qui ne savent pas comment préparer leur prochain repas est passé de trois millions en janvier à sept millions en mars.

Le « Département des affaires économiques et sociales » des Nations Unies a révisé ses chiffres de population en 2015, projetant une population mondiale de 9,7 milliards d’ici 2050 et de 11,2 milliards d’ici la fin de ce siècle.

La majorité des 4 milliards de personnes supplémentaires naîtront en Afrique dans l’hémisphère sud, qui devrait également être la région la plus durement touchée par le réchauffement climatique.

Le lien entre ces chiffres et la crise alimentaire actuelle n’a pas été expliqué dans leur rapport.

Source : NTB scanpix / Norway.mw