Le message sexuel à Navarsete ne déclenche pas de sanctions - 3

Le message sexuel envoyé à Navarsete ne déclenche aucune sanction du Parti du centre contre les hommes impliqués

– Nous nous distancions fortement du message Sexe envoyé à Liv Signe Navarsete, mais ne pouvons punir personne sans preuve, déclare le président du Parti du centre (Sp), Trygve Slagsvold Vedum.

– C’est un message sexuel inouï auquel Navarsete n’aurait jamais dû être soumis. Cela lui a causé une grande tension. Mais en même temps, on ne peut pas sanctionner des individus quand on ne sait pas qui l’a envoyé, dit Vedum à NTB après que l’affaire du message vieux de deux ans « Nous voulons votre chatte » a été finalisée par le Comité central du Parti du centre jeudi.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Vedum dit qu’il appartient à Ola Borten Moe de déterminer s’il souhaite et quand il souhaite revenir en tant que chef adjoint du parti. Borten Moe a choisi lundi la semaine dernière de se retirer jusqu’à nouvel ordre afin de donner au parti un espace pour gérer l’affaire.

Pas de punition collective

Le message sexuel harcelant a été envoyé à la boîte de réception de Navarsete sur Facebook à partir d’un téléphone appartenant à l’ancien secrétaire d’État Morten Søberg. Il était en voyage en cabine en Suède avec neuf autres hommes en 2016, dont Borten Moe et plusieurs des alliés de Moe.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

– Ce qui distingue ce cas des autres cas #MeeToo, c’est qu’on sait généralement qui a fait quelque chose de mal, mais qu’il existe des incertitudes sur ce qui s’est passé. Ici, on sait ce qui s’est passé mais on ne sait pas qui a effectué l’action. Il y a potentiellement neuf innocents, dit Vedum.

Il ajoute que c’est un principe fondamental du droit qu’il ne doit pas être sanctionné quand personne ne sait qui punir.

« Nous ne pouvons pas réparer un tort en commettant une autre injustice. Il n’y a aucune base pour une punition collective ni dans les directives de notre parti, ni dans les lois ni dans la jurisprudence norvégienne. Tels sont les faits – malheureusement, dit Vedum à NTB.

Sans pouvoir de sanction

Le Comité central du Parti du centre déclare que le contenu du message est une violation flagrante des directives éthiques du parti.

Le Comité central trouve très regrettable que personne n’ait avoué avoir envoyé ce message après d’innombrables demandes d’être un homme à ce sujet. Le comité central du parti ne considère pas qu’il dispose d’autres moyens pour faire admettre la culpabilité de la ou des personnes, indique la résolution.

– Quand la police aussi a clos l’affaire, on ne peut rien faire de plus que d’en prendre acte, dit Vedum à NTB.

Croit en Borten Moe

Vedum dit qu’il ne peut juger personne sur des hypothèses.

– Quand ceux avec qui j’ai parlé sont profondément désolés que cela se soit produit et qu’ils ne sachent pas qui a envoyé le message, je suppose qu’ils disent la vérité. Je ne peux pas le noter tant que je ne sais pas. Ensuite, je jugerai sur des hypothèses, et vous ne pouvez pas faire cela, dit Vedum, lorsqu’on lui a demandé s’il faisait confiance aux dix qui ont participé au voyage en cabine en 2016.

– Cela vaut aussi pour Ola Borten Moe ?

– J’espère que lorsqu’il me dit qu’il ne l’a pas fait, qu’il est vraiment désolé que cela se soit produit, je pense qu’il est très sincère. Je n’ai aucune raison de croire qu’il ne le pense pas.

– Quand Borten Moe peut-il revenir ?

– Il a lui-même choisi de se retirer pour le moment. Maintenant, le Secrétaire général aura des conversations finales avec les personnes concernées. Après cela, Ola doit le considérer lui-même. Il est élu par la Convention nationale de Sp. Lorsque le secrétaire général a classé l’affaire, Ola doit lui-même faire l’évaluation, dit Vedum.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui