Pression supplémentaire sur le PM et Sandberg - 3

La pression monte sur le Premier ministre et Sandberg

Le ministre de la Pêche, Per Sandberg (Parti du progrès) et le Premier ministre Erna Solberg (Conservateurs) doivent répondre à un grand nombre de questions sur le voyage controversé du ministre du Cabinet en Iran.

Solberg n’a pas voulu commenter les articles des médias dimanche à Adresseavisen, selon lesquels elle avait été informée de la relation de Per Sandberg avec la femme norvégienne-iranienne, Bahareh Letnes, en mai.

– Je ne commenterai pas certaines parties de ce que sont des spéculations et des articles dans les médias, dit Solberg, qui ne dira pas si elle a ou non informé le Service de sécurité de la police (PST) de la relation.

Découvrez les Aurores Boréales

Temps orageux

Sandberg fait face à une tempête après avoir appris qu’il avait ignoré plusieurs routines de sécurité lorsque lui et sa petite amie se sont rendus en Iran en juillet. Ni son propre ministère ni le bureau du Premier ministre n’ont été informés du voyage à l’avance, et Sandberg a même apporté son téléphone de travail, qui contenait des informations sensibles à l’Iran, contrairement au conseil fort de PST de ne pas le faire.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Le ministre de la Pêche a été critiqué pour avoir assisté à la célébration de la Journée de la révolution iranienne sous les auspices de l’ambassade du pays en Norvège dans son rôle de ministre du Cabinet sans l’accorder à son patron.

La fille de Per Sandberg, Charlotte Sandberg, a déclaré à TV 2 que la raison pour laquelle son père n’avait pas informé le bureau du Premier ministre à l’avance était qu’il éviterait à son ex-femme de le découvrir. L’épouse séparée de Sandberg, Line Miriam Sandberg, est secrétaire d’État au ministère de la Santé.

Aux questions de NTB sur ce qu’elle pense du fait qu’un membre de son gouvernement place les préoccupations privées au-dessus des routines de sécurité et du gouvernement, Solberg répond :

– J’ai toujours été clair sur le fait que les violations de la réglementation que nous avons subies sont totalement inacceptables. Per Sandberg a également été clair à ce sujet.

Beaucoup de questions

Dans les prochains jours, Solberg et Sandberg fourniront les réponses à un total de sept questions écrites sur l’affaire rédigées par l’opposition au Parlement. Parmi les questions figurent :

  • Qu’est-ce qui aurait pu potentiellement être divulgué du téléphone de Sandberg ?
  • Quelles sont les conséquences pour Sandberg ? Solberg a-t-il encore confiance en lui ?
  • Y a-t-il eu des violations similaires des routines dans d’autres ministères ?

Il y a actuellement une question ouverte de savoir si le Parlement se contentera des réponses qu’ils reçoivent de Solberg et Sandberg, ou si la question sera transmise à la Commission de contrôle et de constitution du Parlement.

Vendredi, TV 2 a également annoncé que Sandberg avait refusé plusieurs offres du Service de sécurité de la police (PST) concernant des briefings de sécurité avant de se rendre dans des pays à haut risque tels que la Russie et la Chine.

Sandberg nie à NTB avoir refusé de tels briefings.

– Mensonges complets et absolus, a-t-il déclaré samedi.

Apurement de sécurité

Il y a quelques semaines, plusieurs diplomates sont apparus à Aftenposten et ont déclaré qu’ils avaient perdu leur habilitation de sécurité – et donc leur emploi – parce qu’ils étaient mariés à un ressortissant étranger.

– Que pensez-vous de l’affaire Sandberg à la lumière de cela ?

– Les habilitations de sécurité sont effectuées par l’Autorité nationale de sécurité norvégienne (NSM). Il n’y a eu aucun changement ici, seulement une clarification des principes. Ce n’est pas un événement individuel ou un cas unique qui détermine ces décisions. C’est une évaluation globale, répond Solberg.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui