Le FrP se prépare aux négociations gouvernementales - 3

FrP se prépare à des négociations gouvernementales difficiles

Les péages routiers, la politique d’immigration et les taxes sont les questions les plus importantes lorsque le Parti du progrès (FrP) au cours de la nouvelle année s’assoit à la table des négociations pour tenter de former un gouvernement auquel participent également les démocrates-chrétiens (KrF).

– Nous avons maintenant eu un bon tour avec des retours clairs et complets d’un parti uni qui s’est mis d’accord sur les limites de ce qui est acceptable, quelles sont les ambitions. Cela rend la tâche beaucoup plus facile pour la direction du parti, même si ce sera très difficile, a déclaré le chef du Parti du progrès, Siv Jensen.

Mardi soir, le groupe central du parti a autorisé la direction à engager des négociations factuelles avec les démocrates-chrétiens, les libéraux (Venstre) et les conservateurs (Høyre).

Découvrez les Aurores Boréales

Jensen dit qu’elle s’attend à des négociations exigeantes où la politique d’immigration est l’une des demandes les plus claires du parti. La chef du parti informe qu’elle prend cela très au sérieux – et en même temps – avertit qu’il doit y avoir une compréhension commune de tous les partis gouvernementaux pour respecter que le FrP a un impact très clair sur la politique.

Découvrez les Aurores Boréales

Les libéraux lèvent le pouce

Les parlementaires libéraux ont déjà donné à la direction du parti le feu vert pour entamer des négociations gouvernementales.

– Nous avons eu une réunion au sein du groupe parlementaire lundi et avons reçu tous les pouvoirs dont nous avons besoin pour négocier en vue d’élargir le gouvernement, a déclaré le leader parlementaire Terje Breivik à TV 2.

Les enquêtes entre les conservateurs, le Parti du progrès, les libéraux et les démocrates-chrétiens ont commencé le 22 novembre, après que les démocrates-chrétiens contre le conseil du chef du parti Knut Arild Hareide aient décidé de rechercher la coopération du gouvernement avec le gouvernement bourgeois dirigé par Solberg.

les démocrates-chrétiens-décide mercredi

Ce que les parties ont réalisé dans les enquêtes est secret.

Le chef adjoint des démocrates-chrétiens, Kjell Ingolf Ropstad, a déclaré lundi au journal Fædrelandsvennen qu’il espérait que les démocrates-chrétiens parviendront à une conclusion sur la question de savoir si le parti mènera ou non des pourparlers gouvernementaux le mercredi 19 décembre.

On ne sait pas exactement si, où et quand les pourparlers réels du gouvernement commencent.

Les démocrates-chrétiens réclament un département du développement

Lors des pourparlers du gouvernement, les démocrates-chrétiens demanderont la création d’un département du développement distinct.

Le chef du parti, Knut Arild Hareide, confirme à Aftenposten que le parti souhaite une solution différente de celle d’aujourd’hui, car il estime que la gestion de la zone d’aide n’est pas assez bonne.

Aujourd’hui, le ministère des Affaires étrangères compte deux ministres, la ministre des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide (Conservateurs), et le ministre du Développement, Nikolai Astrup (Parti du progrès).

Les démocrates-chrétiens souhaitent un modèle différent de celui que l’actuel ministre du Développement, Nikolai Astrup, prône dans un premier temps

– Nous souhaitons un ministère séparé, soutient le leader des démocrates-chrétiens Hareide.

Il ne participe pas aux négociations en cours mais fait partie de la commission des affaires étrangères du Parlement norvégien et est le porte-parole du parti en matière de politique étrangère.

Selon Aftenposten, la force avec laquelle les démocrates-chrétiens se battront pour le ministère – et ainsi donneront un coup de coude à Nikolai Astrup est incertaine.

Le budget de l’aide norvégienne s’élève actuellement à 35 milliards de NOK, plus ou moins.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui