La Norvège envisage de sanctionner les auteurs de violations des droits humains - 5
Knut Arild Hareide Krf .Chef de parti dans les démocrates-chrétiens, Knut Arild Hareide. Photo : Krf.

Kristelig Folkeparti (KrF) a fait une percée pour que le gouvernement enquête sur la manière dont la Norvège peut réagir face aux personnes qui commettent de graves violations des droits de l’homme.

À la page 105 du nouveau document du gouvernement, il est dit que le gouvernement majoritaire « étudiera comment la Norvège, dans le cadre d’une large solution européenne commune, peut contribuer à l’élaboration d’un régime de sanctions contre les personnes pour violations flagrantes des droits de l’homme », a écrit Aftenposten. journal.

Le porte-parole de la politique étrangère de KrF, Knut Arild Hareide, a déclaré au journal que le parti était heureux que ce soit quelque chose que KrF ait réussi à faire passer les négociations gouvernementales.

Les gouvernements Stoltenberg et Solberg avaient déjà dit « non » à l’introduction d’une loi qui permet à la Norvège de prendre des mesures unilatérales contre les criminels des droits humains. Le Canada, le Royaume-Uni, les États baltes et les États-Unis ont de telles lois qui, entre autres, permettent aux États-Unis d’imposer des sanctions à 17 citoyens saoudiens pour leur rôle dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Les interdictions d’entrée et le gel des comptes bancaires sont des exemples de sanctions qu’ils peuvent utiliser.

Selon Aftenposten, des processus d’enquête similaires ont été lancés dans plusieurs pays européens.

L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a recommandé la semaine dernière à tous les États membres d’introduire de telles lois dans leur pays.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui