Les entreprises de soins privées norvégiennes se mettent en grève: "Nous sommes déçus" - 3

La Confédération norvégienne des entreprises (NHO) et le Syndicat norvégien des employés municipaux et généraux (Fagforbundet) ne sont pas parvenus à un accord lors des négociations de médiation sur les conditions de travail des entreprises privées de soins. Il y aura une grève dès le début des heures de travail le samedi matin.

La médiation a débuté jeudi. La date limite pour parvenir à un accord était minuit, mais peu avant 16 heures, le message est venu que les parties ne pouvaient pas parvenir à un accord.

«Nous sommes déçus. Nous ne voulions pas de conflit, mais nous avons constaté que NHO ne voulait nous rencontrer sur aucun point.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

«Cela nous rend pratiquement impossible de bien prendre soin de nos membres…

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

«Nous devons utiliser notre outil le plus puissant, une grève», a noté Anne Green Nilsen du comité de travail syndical du Fagforbundet, qui a dirigé la médiation pour le syndicat.

Insatisfait des salaires

Le contexte du conflit est que le syndicat estime que ses membres n’ont pas reçu de salaires inférieurs pendant plusieurs années par rapport à des groupes comparables.

Dans le règlement des salaires en 2019, la NHO a augmenté les salaires des infirmières des soins privés de 50 à 60 000 NOK.

Le syndicat réclame désormais une augmentation salariale correspondante pour tous ses membres du secteur, ce que la NHO a rejeté.

Fagforbundet et l’Union norvégienne des éducateurs sociaux et des travailleurs sociaux (Fellesorganisasjonen) ont initialement annoncé qu’ils retireraient 80 membres en grève à partir de samedi.

La grève s’intensifiera davantage à partir du 14 janvier.

La grève couvre un certain nombre d’établissements de traitement privés dans les domaines de la psychiatrie, de la protection de l’enfance, des soins infirmiers et des soins, ainsi que dans des organisations à but non lucratif telles que l’Armée du Salut et l’Association des aveugles.

Une autre rupture de négociation

«Nos membres ne devraient pas gagner beaucoup moins que leurs collègues ayant les mêmes tâches.

«La NHO a refusé de niveler les différences de salaire, alors nous nous mettons en grève», a noté Ole Henrik Kråkenes, négociateur en chef de Fellesorganisasjonen.

Parat et la Confédération des syndicats professionnels (YS) ont également négocié avec la NHO en parallèle au sujet de leurs membres, et ces négociations ont également échoué samedi soir.

«Malheureusement, la NHO et les associations nationales n’ont pas montré une volonté suffisante pour nous rencontrer lors de la médiation.

«Parat, comme le Fagforbundet, n’avait donc pas le choix», a déclaré le négociateur en chef de Parat, Kjell Morten Aune.

Parat n’enlèvera dans un premier temps qu’un seul membre en grève à partir de samedi matin.