La Norvège est prête à mettre en œuvre une nouvelle méthode qui identifie les virus mutés beaucoup plus rapidement - 3
Photo: Heiko Junge / NTB

Déjà au cours de la semaine, les laboratoires pourront commencer à analyser les échantillons corona de manière à déterminer plus rapidement s’ils contiennent un virus muté.

En recherchant un changement spécifique qui se produit dans les trois mutations connues du coronavirus – britannique, sud-africain et brésilien – les laboratoires de test devraient être en mesure d’identifier les mutations beaucoup plus rapidement, selon Norwegian Broadcasting (NRK).

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

La méthode devrait pouvoir être utilisée dès cette semaine.

Avec la méthode d’analyse utilisée aujourd’hui, cela peut prendre de deux à trois jours pour déterminer si un échantillon positif contient un virus muté.

Étant donné que les mutations virales se propagent beaucoup plus rapidement que le coronavirus d’origine, l’aspect temporel est central dans la tentative de ralentir et de contrôler les épidémies.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Plus vite

La nouvelle méthode est beaucoup plus rapide, mais elle ne parvient pas à faire la distinction entre les trois mutations.

Cependant, dans la pratique, cela a peu d’importance maintenant car seule la mutation britannique est en circulation en Norvège.

«Notre méthode trouve les trois variantes, mais elle ne peut pas faire la distinction entre les variantes telles qu’elles existent actuellement», a noté Karoline Bragstad, responsable de section à l’Institut national de la santé publique (FHI).