Expert : Selon le droit international, la Norvège est obligée d'accueillir les enfants afghans blessés - 5

La Norvège a le devoir d’accueillir les enfants afghans malades et blessés, a déclaré l’experte en droit international Gro Nystuen au bureau de presse NTB.

« Ce n’est pas principalement la Convention relative aux droits de l’enfant qui s’applique dans cette situation. C’est une situation caractérisée par le fait qu’il s’agit de la phase finale chaotique d’un conflit armé de longue date », a déclaré Nystuen, directeur adjoint de l’Institut norvégien des droits de l’homme (NIM).

Cette déclaration intervient après que la pédiatre Monica Thallinger ait critiqué la décision d’évacuer les enfants d’identité inconnue vers la Norvège.

« La meilleure chose pour les enfants est d’être avec leurs parents. Je ne pense pas qu’il soit juste d’emmener un enfant en Norvège quand on ne sait pas qui sont les parents », a déclaré Thallinger.

Evacuation des enfants de l’hôpital de campagne

Samedi, la ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide (H) a confirmé que la Norvège avait évacué plusieurs enfants qui séjournaient à l’hôpital de campagne norvégien de Kaboul.

Le chef de la défense Eirik Kristoffersen a déclaré que l’identité et les parents de tous les enfants ne sont pas connus.

Les enfants ont ainsi été pris en charge par l’appareil public en Norvège. Le Danemark, pour sa part, a déclaré qu’il ne voulait pas prendre d’enfants sans identité confirmée.

Thallinger a fait référence à la Convention relative aux droits de l’enfant, qui stipule que les enfants ont le droit de vivre avec leurs parents et de savoir qui sont leurs parents, dans la mesure du possible. Elle pense que les forces armées auraient dû avoir des contacts plus étroits avec les organisations qui travaillent avec la sécurité juridique des enfants en Afghanistan.

Aspect de droit international

D’un autre côté, Nystuen pense que le droit international et les Conventions de Genève l’emportent sur la Convention relative aux droits de l’enfant dans cette situation.

« Ce qui s’applique aux règles du droit international dans cette situation, c’est un devoir inconditionnel de fournir une assistance médicale adéquate à ceux qui sont victimes de ce conflit, qu’ils soient malades ou blessés », a-t-elle déclaré.

Ainsi, l’évacuation vers la Norvège n’est pas seulement quelque chose que la Norvège peut faire, mais cela peut être un devoir, selon Nystuen. En même temps, il n’est pas vrai que les enfants ont été retirés d’Afghanistan pour toujours.

Doit être réuni avec les parents si possible

« La question est de savoir ce qui se passe lorsque les enfants atterrissent sur le sol norvégien. Ensuite, la Convention relative aux droits de l’enfant s’applique. De plus, les personnes évacuées médicalement d’un conflit devraient en principe être rapatriées », a ajouté Nystuen.

Plus tard, la Norvège devrait découvrir qui sont les enfants et les parents et les réunir en Afghanistan.

« Si ce n’est pas possible et que nous avons des enfants en Norvège dont l’identité n’est pas connue, alors nous devons examiner la Convention relative aux droits de l’enfant. Ensuite, bien sûr, vous devez faire ce que vous pouvez pour sécuriser l’enfant.

Mais tant que l’enfant se trouve dans la zone de guerre chaotique qu’est Kaboul aujourd’hui, alors le régime de droit d’urgence établi par les Conventions de Genève s’applique – le droit international de la guerre, a-t-elle noté.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no