De nombreux électeurs norvégiens voteront pour un autre parti cette année - 3

Les sondages d’opinion suggèrent qu’un électeur sur quatre votera pour un parti différent cette année par rapport aux élections législatives précédentes.

Un total de 730 000 électeurs sont désormais en train de « changer » de parti, selon une analyse du Poll of Polls, qui a plongé dans les chiffres de fond de deux sondages nationaux menés la semaine dernière. Cela signifie qu’un quart des quelque 2,9 millions d’électeurs qui ont voté en 2017 ont déjà décidé de voter pour un autre parti.

En mai, 620 000 électeurs ont changé leurs préférences de parti. Le total est passé à 660 000 en juin.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Imprévisible

« Ce sera une élection très imprévisible », a déclaré Johan Giertsen de Poll of Polls à NTB.

Découvrez un magnifique Fjord

« Qui aurait pu imaginer la chute du Parti du centre il y a trois semaines, ou qu’en 24 heures nous obtiendrions deux sondages nationaux qui montrent une majorité pour le travail, la gauche socialiste, les verts et les rouges ? Nous pourrions voir des chiffres surprenants le soir des élections », a-t-il déclaré.

Il ne fait aucun doute que de nombreux électeurs changent de préférence électorale, mais ce n’est pas nouveau, selon le chercheur électoral Bernt Aardal.

« Il y a souvent des changements majeurs pendant la campagne électorale », a-t-il déclaré, soulignant qu’auparavant, 8 à 10 % des électeurs, soit plus de 200 000, avaient décidé du jour du scrutin lui-même.

« Les changements indiquent que beaucoup sont incertains. Rien n’a été décidé », a déclaré Aardal.

Le chercheur électoral Johannes Bergh estime que ces changements correspondent à ce qui est attendu.

« En 2017, la moitié des électeurs ont changé de parti pendant la campagne électorale », a-t-il noté.

Le Parti du centre perd son soutien

La chute du Parti du centre semble être devenue une tendance claire un peu moins de trois semaines avant les élections. Dans quatre sondages sur cinq ces dernières semaines, le Parti du centre est tombé entre 11,3 et 13,2%, loin du soutien de décembre de l’année dernière lorsque le parti a dépassé la barre des 20% avec une bonne marge.

En moyenne pour les mesures d’août, le Parti du centre a obtenu 15,2 %. En juillet, la moyenne était de 17,6 %. Mais Aardal pense que l’ampleur de la chute est une question ouverte.

« Personne ne sait ce avec quoi le Parti du centre se retrouvera le jour des élections », a-t-il déclaré. Il a souligné que les reportages des médias sur l’« effondrement » et la « douche froide » pourraient tout aussi bien mobiliser les électeurs que les faire fuir.

« Les partis sont très inquiets que de mauvais sondages affectent les électeurs. Certaines études peuvent indiquer un effet infectieux, tandis que d’autres ne montrent pas une telle tendance. Nous avons vu qu’il est possible pour les partis en mauvaise position de rebondir », a déclaré Aardal.

Les fêtes pour le climat s’envolent

Le Parti Vert, pour sa part, poursuit sa marche, rassemblant de plus en plus d’électeurs d’autres partis. Au total, le parti a attiré 61 000 électeurs nets la semaine dernière, triplant presque par rapport aux semaines précédentes.

Les chiffres de fond montrent également que le Parti libéral est clairement au-dessus du seuil, selon le sondage des sondages. Cela est notamment dû au fait que le chef du Parti libéral, Guri Melby, a réussi à faire tomber les électeurs libéraux de la clôture et a attiré au moins 15 000 électeurs du groupe « canapé ».

Du conservateur au rouge-vert

Les partis conservateurs perdent encore de nombreux électeurs au profit de l’opposition rouge-verte. Les chiffres indiquent qu’un total de 156 000 électeurs ont changé de bloc. La plupart d’entre eux, 82 000, sont passés au Parti du centre.

Dans le même temps, les transitions de blocs ont quelque peu diminué par rapport aux semaines précédentes. Selon l’analyse de Poll of Polls, le Parti rouge a les électeurs les plus fidèles. 71% de ceux qui ont voté pour le Parti rouge en 2017 feront de même cette année.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no