La puissance dont nous n'avons (presque) pas besoin - 3

Le gouvernement espère attribuer des licences pour 30 gigawatts (GW) d’éolien offshore d’ici 2040. Le problème est que ces 30 GW seront livrés à des moments où l’électricité est presque gratuite.

Nous avons plutôt besoin d’électricité lorsque les prix sont élevés, c’est-à-dire les jours où il fait froid, sombre et avec peu de vent, ce que nous, dans le sud de la Norvège, avons connu ces dernières semaines.

L’UE a également des ambitions éoliennes offshore et vise à installer 500 GW d’éolien offshore d’ici 2030. La grande majorité de cette capacité doit être installée en mer du Nord. Le besoin dans la région est beaucoup plus faible, estimé à 300 GW.

Cela signifie que lorsqu’il y a du vent en mer du Nord, le prix de l’électricité plongera vers zéro.

Cela signifie que plus il y a d’éolien offshore installé en mer du Nord, moins il est rentable. L’injection de cette énergie non régulée dans le réseau entraînera également un coût supplémentaire important, qui devra être pris en charge par le loyer du réseau.

Peu importe la force du vent marin développé, ce flux ne nous aidera pas pendant les périodes froides et calmes. Une partie de l’énergie d’équilibre peut être couverte par l’hydroélectricité, mais avec la connexion à l’Europe d’une capacité de 1400 mégawatts, cela ne suffit pas.

Il n’existe actuellement aucune bonne solution pour stocker l’excédent d’énergie éolienne ou solaire. Stocker un térawattheure, par exemple, nécessiterait une capacité de batterie équivalente à 20 millions de voitures électriques. L’hydrogène vert a de grandes pertes de conversion et est loin d’être rentable. Quels choix avons-nous alors pour délivrer un CO2-l’énergie de base gratuite, l’énergie qui est toujours là, quel que soit le vent, la pluie ou le soleil ?

Aujourd’hui, il n’y a pas d’autre alternative que le nucléaire. Mais pourquoi la société norvégienne n’est-elle pas disposée à investir dans l’énergie nucléaire ? Pour l’industrie pétrolière et gazière, l’énergie nucléaire est un concurrent direct du marché du gaz. Pour protéger ce marché lucratif, les sociétés d’exploitation ne veulent pas de cette source d’énergie concurrente.

Des pays aux conditions pires que la Norvège misent désormais sur l’énergie nucléaire, comme le Nigeria et le Bangladesh.

Nous avons besoin d’acteurs de l’industrie lourde capables de promouvoir l’énergie nucléaire en Norvège. Equinor dispose ici des meilleures conditions pour assumer une responsabilité sociale. En attendant, nous devons nous préparer à des prix de l’électricité exorbitants chaque fois que les conditions de vent ne sont pas optimales et que les réservoirs d’eau sont pleins.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.