Les entreprises norvégiennes embauchent Knut mais pas Muhammed - 3
OSLO. Enseignant et élèves en classe.Photo : Berit Roald / NTB scanpix

Les employeurs doivent regarder au-delà des noms à consonance étrangère et lire ce que disent réellement le CV et la demande d’emploi, déclare Gunn Elisabeth Birkelund, professeur de sociologie à l’Université d’Oslo, à forskning.no.
Elle a dirigé un projet de recherche sur la discrimination sur le lieu de travail, où l’équipe de recherche a envoyé près de 1 800 candidatures fictives pour environ 900 postes vacants à Oslo, Stavanger, Bergen et Trondheim. Les employeurs ont reçu deux candidatures presque identiques, l’un portant un nom typiquement norvégien, l’autre un nom à consonance étrangère. Les deux candidats possédaient la formation et l’expérience de travail requises.
50% des candidats portant des noms norvégiens ont été convoqués à un entretien, tandis que 41% des candidats portant un nom pakistanais ou musulman ont été convoqués à un entretien. Les preuves les plus claires de discrimination ont été trouvées pour ces domaines et professions : transport et manutention, éducation, santé et action sociale. Dans les autres professions et domaines, il n’y avait pas de différence, et il n’y avait pas de différences entre les différentes villes.
– De nombreux employeurs choisissent d’embaucher des personnes semblables à eux-mêmes, car ils considèrent que c’est plus sûr, dit Birkelund.

Source : NTB scanpix / Norway\.mw

Découvrez les Aurores Boréales