La PST s'inquiète de la radicalisation dans les centres d'asile - 3
Oslo.PST chef Marie Benedicte Bjørnland. Photo : Terje Bendiksby / scanpix NTB

Le service de sécurité de la police (PST) a « amélioré le travail de renseignement » en Norvège après la terreur à Paris en novembre. Maintenant, ils suivent de près tous les événements dans les centres d’asile norvégiens.

La chef du PST, Benedicte Bjørnland, a déclaré au journal Klassekampen qu’ils avaient lancé une « opération nationale de renseignement » après la terreur de Paris. Cela signifie que PST surveille de près les quelque 26 000 personnes qui vivent aujourd’hui dans les centres d’asile norvégiens.
– Nous avons des rapports selon lesquels des activités de radicalisation ont lieu dans les centres d’accueil, dit Bjørnland.
Le chef du PST souligne également que des personnes de toutes les parties à la guerre civile en Syrie sont venues en Norvège et que cela peut conduire à des conflits.
– Nous avons des raisons de croire qu’il y a des gens dans les centres d’accueil norvégiens avec du sang sur les mains, dit-elle.
Bjørnland est également préoccupé par les conséquences de l’afflux de réfugiés de l’année dernière.
– Il va sans dire que lorsque tant de personnes sont arrivées en si peu de temps l’année dernière, il n’y avait pas la capacité de faire un bon et détaillé enregistrement de toutes les personnes qui sont venues , dit-elle et identifie les mineurs non accompagnés comme un groupe vulnérable.
– Nous devons être conscients qu’une migration extraordinairement élevée vers la Norvège au fil du temps peut causer une variété de problèmes et donner lieu à des conflits, déclare le patron du PST au journal.
L’année dernière, 31 145 personnes ont demandé l’asile en Norvège, le nombre le plus élevé de l’histoire de la Norvège. Environ 5 000 d’entre eux ont déclaré qu’ils étaient des mineurs non accompagnés.

Découvrez un magnifique Fjord

Source : NTB scanpix / Norway\.mw