Bruun-Hanssen : former des rebelles syriens vaut le risque - 3
Oslo.Chef de la Défense Haakon Bruun-Hanssen.Photo : Gorm Kallestad / NTB scanpix

Chef d’état-major de l’armée norvégienne : Haakon Bruun-Hanssen admet qu’il y a de gros risques à entraîner des rebelles syriens pour la guerre. Mais la nécessité de lutter contre l’extrémisme dans l’EI rend le risque acceptable, a-t-il dit.

C’est un dilemme de savoir qui nous devons entraîner, ce qu’ils font après que nous les avons entraînés et ce qu’ils feront après avoir vaincu Isil. J’admets que nous ne sommes toujours pas sûrs des bonnes solutions à cela. Mais nous avons passé beaucoup de temps à peser nos options et leurs conséquences probables et potentielles : quel est le risque que nous donnions une formation militaire à des rebelles que nous regretterons plus tard de donner cette formation militaire, par rapport à la formation militaire nécessaire pour combattre Isil ? , dit Bruun-Hanssen à Klassekampen
Il n’est pas disposé à fournir des détails sur les groupes rebelles syriens qui doivent être formés par des soldats norvégiens. La coalition militaire dirigée par les États-Unis dans son ensemble décidera des groupes qui doivent être formés, ce qui signifie que la Norvège a une influence limitée.
– Il sera limité de la même manière qu’il l’est pour nous en Irak maintenant. En Irak, les autorités irakiennes ont décidé qui doivent être formés, et il nous est donc difficile de nous assurer que nous savons qui sont ces personnes.
Le chef d’état-major a déclaré qu’une « sélection » des personnes qui doivent être formées par la Norvège est en cours et qu’elle est mise en œuvre par les États-Unis et la Jordanie.
– Un processus de sélection en soi ne garantit pas que nous ne formerons pas quelqu’un qui pourrait nous causer des problèmes à l’avenir, mais nous pouvons éliminer ceux dont nous savons qu’ils causeront des problèmes aujourd’hui, dit-il.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Source : NTB scanpix / Norway\.mw