Le commerce éthique ne se limite pas au salaire - 3
Regardez les vêtements.Photo : Berit Roald / NTB scanpix

Trois sur quatre disent qu’ils paieraient plus pour des vêtements afin d’assurer des salaires et des conditions de travail acceptables pour les travailleurs du textile. Mais les produits éthiques ne se limitent pas au salaire, explique un chercheur.

Dans une enquête commandée par The Future in Our Hands, 72,3 % répondent qu’ils sont prêts à payer un supplément pour s’assurer que ceux qui fabriquent les vêtements ont des salaires et des conditions de travail acceptables, écrit Vårt Land. 11 % disent qu’ils ne sont pas prêts à payer plus, tandis que les autres répondent qu’ils « ne savent pas ».
La chercheuse en consommation Annette Grimstad Klepp a déclaré qu’il était bon que ceux qui cousent des vêtements reçoivent un salaire décent, mais rappelle que ce n’est qu’une petite partie des aspects éthiques liés aux produits que nous achetons.
– Certains des plus gros problèmes sont liés au travail dans les champs de coton. Les gens pataugent là-bas alors qu’il est rempli de substances nocives pour l’environnement telles que le DDT, et pendant que les eaux souterraines et les terres arables sont détruites, explique Klepp, qui travaille à l’Institut national de recherche sur les consommateurs (SIFO). Elle souligne qu’il est important d’être conscient de ce qui se passe avant que le vêtement n’obtienne une étiquette de prix. Entre-temps, elle souligne que l’inspection et l’étiquetage présentent des défis.
– Le marché est plein de désinformation. La viscose est commercialisée sous le nom de bambou et les distributeurs font des déclarations scandaleuses sur les propriétés du tissu. Il n’y a pas de solutions rapides pour assurer un commerce équitable.

Découvrez les Aurores Boréales

Source : NTB scanpix / Norway\.mw