Le ministre afghan demande à la Norvège d'arrêter les expulsions de mineurs - 3

Lors d’une réunion avec Sylvi Listhaug, le vice-ministre afghan des Affaires étrangères, Hekmat Karzai, a demandé à la Norvège de laisser les jeunes demandeurs d’asile afghans rester en Norvège jusqu’à l’âge de 18 ans.

La rencontre entre Karzaï et le ministre de l’Immigration et de l’Intégration a eu lieu à Oslo cette semaine, a rapporté le journal Aftenposten.

Selon Karzai, entre autres, les deux politiciens ont parlé de la Norvège comme étant l’un des deux pays d’Europe qui, au cours de l’année écoulée, ont renvoyé de force des enfants en Afghanistan.

Allez voir les Baleines en Catamaran

La situation en Norvège est similaire à celle de la Suède, mais les conditions en Afghanistan se sont tellement détériorées que la Suède est plus généreuse avec les demandes d’asile en provenance de là-bas.

Découvrez un magnifique Fjord

« Il s’agit de principes internationaux sur les droits de l’homme et de normes qui stipulent que l’on ne peut pas expulser des enfants. C’est là qu’il y a une frontière qu’il ne faut pas franchir. La Norvège est connue pour son respect des droits de l’homme et des accords internationaux », a déclaré Karzai.

Il a suggéré qu’au lieu de l’expulsion, la Norvège laisse les enfants rester ici jusqu’à l’âge de 18 ans, puis qu’ils puissent retourner dans leur pays d’origine.

«Nous avons échangé quelques idées de choses qui pourraient être faites, notamment pour les mineurs. Il faut examiner les opportunités de donner à ces enfants une formation ou une éducation en Norvège jusqu’à l’âge de 18 ans, date à laquelle ils seront soit expulsés, soit autorisés à résider », a-t-il déclaré.

Il a souligné que la situation s’est détériorée dans son pays natal, donnant l’exemple qu’entre autres, six membres du personnel de la Croix-Rouge ont été tués et deux enlevés dans le nord de l’Afghanistan au début de la semaine, et le lendemain, 19 personnes ont été tuées par un suicide bombardier à Kaboul.

Il ne sait pas si Listhaug va suivre et appliquer ses recommandations, et Listhaug n’a même pas voulu commenter la réunion
à la presse.
Source : NTB scanpix / Norway.mw