Un scientifique en bio-ingénierie obtient son affaire de citoyenneté norvégienne devant le tribunal - 3

Le scientifique en bio-ingénierie, Mahad Abib Mahamud, recevra le soutien du président parlementaire de la Somalie et de l’ambassadeur auprès de l’UE, lorsque l’affaire de nationalité sera jugée.

Mardi, il se présente devant le tribunal de district d’Oslo et fait face à des accusations de l’État pour avoir fourni au département de l’immigration des informations contraires à la vérité.

L’État a décidé que le bioingénieur de 30 ans devrait être privé de sa nationalité norvégienne, car ils pensent qu’il a menti sur sa demande lorsqu’il est arrivé dans le pays il y a 17 ans. Les autorités norvégiennes disent que Mahamud est originaire de Djibouti, pas de Somalie, et que le père de Mahamud l’a confirmé.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Trois jours ont été fixés pour l’audience.

Mahamud a toujours soutenu qu’il venait de Somalie. Avant le procès, a déclaré à l’agence de presse NTB qu’il était impatient de présenter ses preuves.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

« Cela deviendra un jour inoubliable, un jour pour l’état de droit », a-t-il déclaré.

Le joueur de 30 ans présentera une lettre de Mohammad Osman Jawari, président de l’Assemblée nationale somalienne. Dans la lettre, Jawari se porte garant de l’explication du bio-ingénieur.

Le père de Mahamud était officier dans l’armée de l’air somalienne et son fils est né à Mogadiscio, le quartier général de l’armée de l’air, selon la lettre, qui était également signée par un brigadier de l’armée de l’air.

L’ambassadeur de la Somalie auprès de l’UE, Ali Said Faqi, a également confirmé que Mahamud est somalien. Faqi a déjà aidé les autorités norvégiennes à vérifier l’identité des Somaliens que la Norvège devrait expulser vers le pays.

Mahamud pense que cela attirera l’attention, que l’information soit ou non soulignée dans la presse.

L’affaire a attiré beaucoup d’attention et a constitué une partie importante du débat sur la modification de la loi afin que les questions de nationalité soient traitées par les tribunaux, et non par les seuls organismes gouvernementaux.

L’affaire contre le jeune homme de 30 ans a commencé après que la police de Vestoppland a reçu un dénonciation en juillet 2013, selon TV2. Le tuyau a conduit la Direction de l’immigration à ouvrir des enquêtes et a fini par priver Mahamud de son norvégien.
citoyenneté.

L’individu qui a donné l’information initiale à la Direction de l’immigration (UDI) a fait valoir que puisque Mahamud n’était pas emprisonné pour un crime présumé, il devait être un espion djiboutien.

L’UDI a déclaré qu’elle est consciente que les dénonciations peuvent provenir d’individus ayant des motifs de vengeance, ou qu’elles peuvent être dues à des malentendus. Par conséquent, de nombreux dénonciations ne conduisent à aucune activité de suivi, a-t-il déclaré sur le site Web de l’UDI.

Source : NTB scanpix / Norway.mw