Mahamud se battra - Norway Today - 3

L’État a gagné Mahad Abib Mahamud dans son affaire sur la citoyenneté. Le scientifique du laboratoire biomédical promet pourtant de se battre.

Le verdict du tribunal de district d’Oslo a soutenu l’UNE et la Direction de l’immigration (UDI) et a pleinement confirmé l’argument selon lequel il est probable que Mahamud soit originaire de Djibouti et non de Somalie, comme il le prétend.

« Après cet examen, il faut conclure qu’il existe des preuves d’une probabilité claire que Mahad ait fait des déclarations incorrectes sur son identité et sa nationalité », a déclaré la décision.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Preuve de la Couronne à vérifier
Le verdict fera l’objet d’un appel, préviennent Mahamud et son avocat Arild Humlen. Ils incluront la vérification de l’une des preuves de la Couronne de l’accusation concernant un homme à Djibouti que Mahamud prétend être un partenaire commercial et non son frère.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Juste avant le verdict du tribunal de district, UNE a présenté la preuve de passeport très médiatisée, qui, selon eux, appartient au frère de Mahamud.

– Le gouvernement norvégien s’est rendu à Djibouti et a obtenu le passeport, mais n’a même pas été en contact avec cette personne pour vérifier s’il est exact qu’il s’agit du frère de Mahad, a déclaré l’avocat Arild Humlen.

Il le décrit comme « une faiblesse importante pour l’ensemble du processus de preuve » et est déjà en train d’obtenir plus d’informations sur le frère présumé. Si nécessaire, des échantillons d’ADN seront également prélevés.

– Nous pensons être en mesure de prouver qu’il s’agit d’une personne complètement différente sans aucun lien avec Mahad, qui a une famille séparée et ses propres frères et sœurs à Djibouti, a déclaré l’avocat.

– Si ces preuves s’avèrent inexactes, les autorités norvégiennes doivent procéder à une nouvelle évaluation, a-t-il déclaré.

– Lourd
Humlen et Mahamud sont tous deux surpris et très déçus par le verdict.
– Il est difficile d’être qualifié de menteur, dit Mahamud, qui encourt également des frais juridiques de près de 137 000 couronnes.

– J’estime que le verdict est injuste. Je pensais que tout doute devait aller en faveur de l’accusé, mais ici, il est allé dans la direction opposée, dit-il.

Le scientifique de laboratoire biomédical a intenté une action en justice contre UNE pour recouvrer la nationalité dont il a été déchu l’année dernière après 16 ans passés en Norvège, après que les autorités eurent été informées qu’il avait fourni une fausse nationalité.

Il croit toujours qu’il réussira.

– Je ne sais pas comment sera l’avenir, mais j’espère que le bon sens prévaudra. J’espère que je pourrai au moins obtenir un permis de travail, a déclaré Mahad aux journalistes lundi.

UNE : Pratique de la législation
La directrice de l’UNE, Ingunn-Sofie Aursnes, estime que le verdict contre Mahamud est complet et conforme à la pratique antérieure.
– La pratique suivie par l’UDI et l’UNE est régie par la législation. Ainsi, ceux qui ne sont pas d’accord avec son expulsion et sa perte de citoyenneté doivent adresser cette critique aux législateurs, a-t-elle déclaré à TV 2.

SV Karin Andersen estime qu’il devrait y avoir un délai dans de tels cas.

– La perte de votre citoyenneté est l’une des réactions les plus graves que vous puissiez recevoir. Même pour les crimes graves, il existe diverses conditions d’atténuation raisonnables, et il doit en être de même dans ces domaines, dit-elle à NRK.

Important de réagir
Selon le jugement, plusieurs éléments remettent en cause l’exactitude de l’histoire de Mahamud, notamment la disparité entre les explications qu’il avait données lors des entretiens d’asile et son explication sur le voyage en Norvège en 2000, et le fait qu’il était très bon en français. , la seule langue officielle à Djibouti.
L’arrêt précise qu’il est important de réagir dans de tels cas.

« Il est important de pouvoir réagir avec l’expulsion car le système doit être largement basé sur la confiance que la loi sur l’immigration est suivie par ceux auxquels elle s’applique. Les violations de cette loi entravent l’application par le gouvernement de la politique d’immigration norvégienne et sapent le respect des règles de droit », indique le verdict.

Le jugement jette également le doute sur l’âge de Mahamud :

«Mahamud a toujours affirmé qu’il y avait un an entre lui et son frère. D’après son passeport djiboutien et sa carte d’identité djiboutienne, son frère a pour date de naissance le 06/08/1979, ce qui fait qu’il est probable que Mahamud n’est pas né en 1986, ce qu’il a affirmé, mais en 1980-1981.

Lire aussi……….Mahamud a perdu l’appel pour sa nationalité norvégienne

Source : NTB scanpix / Norway.mw

—————