La Norvège a testé les réactions de la Russie pendant la crise du Storskog - 3
KIRKENES. Storskog.Photo : Cornelius Poppe / NTB scanpix

Le service de l’immigration a reçu l’ordre de tester les Russes pendant la crise de l’asile au poste frontière de Storskog en 2015. 20 demandeurs d’asile ont été envoyés de part et d’autre de la frontière.

Les 20 demandeurs d’asile n’étaient pas initialement inclus dans l’accord de retour entre la Norvège et la Russie car ils étaient arrivés avant la signature de l’accord.

L’ancien secrétaire d’État Jøran Kallmyr, qui travaillait à l’époque sur les problèmes des demandeurs d’asile, a déclaré à NRK qu’il avait décidé de tester la réaction des Russes en renvoyant les 20 demandeurs d’asile en Russie.

– Pour nous, il était important de faire pression sur la Russie pour qu’elle comprenne qu’elle ne pouvait pas simplement envoyer des gens de l’autre côté de la frontière vers la Norvège sans avoir à en subir les conséquences. Il était très important pour nous que la Russie comprenne, dit Kallmyr.

Le chef du service de l’immigration (PU) de la police de l’époque au Finnmark et responsable des retours, Tor Espen Haga, a déclaré que les instructions des politiciens créaient une charge supplémentaire pour le PU à un moment où ils étaient déjà surchargés de travail. La police ne pouvait pas comprendre le but de l’instruction.

Parmi les 20 qui ont été renvoyés, il y avait une mère syrienne et ses deux filles qui, en désespoir de cause, se sont assises dans le no man’s land. Selon Haga, les Russes ne les ont même pas envisagés, mais les ont renvoyés directement en Norvège.

– Ils n’étaient pas intéressés à être renvoyés et ne coopéreraient pas au retour. Les autorités russes n’étaient pas du tout intéressées non plus à les récupérer, dit Haga.

Source : NTB scanpix / Norway.mw