Le Parti libéral vote oui au commerce et à l'achat de services sexuels dimanche - 3

Maintenir la loi actuelle sur l’achat de produits sexuels n’avait aucune chance au Parti libéral (Venstre) . L’autorisation des échanges le dimanche a été réintroduite dans le programme.

Vendredi soir, le Congrès national libéral a rejeté la proposition d’accepter la loi d’aujourd’hui sur l’achat de produits sexuels. Le congrès s’est rebellé contre la politique actuelle.

– Il ne s’agit pas de transports et de communications, de finances ou de forage pétrolier. Il s’agit de la dignité humaine et de nos valeurs morales les plus profondes, Jan Erik Søndeland a plaidé pour la législation actuelle contre l’achat de services sexuels.

Découvrez un magnifique Fjord

Le délégué de Stavanger s’est battu aux côtés d’Abid Q. Raja pour repousser le point du programme libéral sur la suppression de l’interdiction.

Découvrez un magnifique Fjord

– La loi a un effet. En tant que société, nous ne pouvons pas avoir un cadre juridique dans lequel il est acceptable d’acheter du sexe. Que dites-vous à un adolescent de 13 ans qui demande : Papa a-t-il le droit d’acheter du sexe ? Des sondages montrent que 70 pour cent des Norvégiens soutiennent la loi, selon Søndeland.

Applaudissements massifs

Anna Dåsnes des Jeunes Libéraux a défendu avec force la ligne du Parti : abandonner la loi sur l’achat de sexe.

– Si vous voulez aider les travailleuses du sexe, vous devez soutenir la suppression de l’interdiction. Il y a une raison pour laquelle non seulement Amnesty International, mais aussi les propres organisations de travailleuses du sexe veulent qu’il soit supprimé. Nous devons être un parti qui soutient les plus faibles, a-t-elle déclaré sous des applaudissements massifs.

Le comité du programme et le comité exécutif national souhaitaient que le nouveau programme du parti stipule clairement qu’il faut laisser les municipalités décider elles-mêmes des règles de vente d’alcool.

En outre, le congrès a fait un compromis sur les échanges de dimanche. Ils ont décidé d’une solution minimale pour les échanges dominicaux, « Autoriser l’ouverture dominicale des commerces du centre-ville comme moyen d’assurer une plus grande vie en ville. »

Sans débat, le parti a accepté d’autoriser le service 24 heures sur 24 – et le commerce complet du dimanche au niveau local :

« Ce n’est pas l’Etat mais les élus locaux qui peuvent évaluer au mieux les horaires d’ouverture des services dans leur commune. Il ne devrait donc pas s’agir de restrictions gouvernementales sur les heures d’ouverture des magasins ou de vente et le service d’alcool.

Source : vl.no / Norway.mw