L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que deux milliards de personnes boivent de l'eau contaminée - 5

Selon l’Organisation mondiale de la santé, des améliorations drastiques sont nécessaires pour garantir l’accès à l’eau potable dans le monde entier.

Simultanément, la Croix-Rouge a déclenché une puissante alerte au choléra en Somalie.

L’OMS déclare que chaque année, des centaines de milliers de personnes meurent à cause de l’eau potable contaminée par des matières fécales. L’organisation a exhorté les pays à investir dans l’accès à l’eau potable, en particulier dans les pays en développement.

« Aujourd’hui, près de deux milliards de personnes utilisent une source d’eau potable contaminée par des matières fécales ; cela les expose au risque d’être infectés par le choléra, la dysenterie, la typhoïde et la polio », a déclaré Maria Neira, directrice du département de santé publique de l’OMS.

La Somalie, touchée par la sécheresse, est aux prises avec une épidémie de choléra croissante. Selon l’ONU, le choléra et la diarrhée aiguë ont tué plus de 500 personnes en Somalie depuis janvier. Aujourd’hui, plus de 25 000 personnes sont touchées par le choléra ou la diarrhée aiguë, et le
L’épidémie devrait en infecter deux fois plus au cours des prochains mois.

La Croix-Rouge craint que les conséquences soient aussi graves que la famine de 2011.

« Nous craignons une multiplication des malades et des mourants du choléra car la population est déjà gravement affaiblie par la sécheresse, et davantage seront obligés de boire de l’eau contaminée », a déclaré le secrétaire général Bernt G. Apeland de la Croix-Rouge.

L’organisation humanitaire a envoyé une équipe supplémentaire dans les zones touchées par le choléra.

« Nous devons agir rapidement pour empêcher le choléra et d’autres maladies qui provoquent une diarrhée aiguë de se propager dans les zones touchées par la famine. Ce sont souvent ces maladies qui provoquent la famine et la mort », a déclaré Apeland.

La mortalité parmi les personnes infectées dans la Somalie frappée par la sécheresse s’élève désormais à 2,1%. C’est le double de la limite fixée lorsqu’une situation est qualifiée d’urgence.

Le choléra peut être traité en remplaçant la perte de liquide et avec des antibiotiques. Les bactéries du choléra sont excrétées dans les selles, et si la bactérie entre en contact avec l’eau potable, elle peut provoquer une infection, en particulier dans une population déjà affaiblie par
malnutrition et sécheresse.

Source : NTB scanpix / Norway.mw