Le Sri Lanka risque une nouvelle guerre sans réconciliation - 3

Risquer une nouvelle guerre sans réconciliation avec les Tamouls

Le manque d’efforts du Sri Lanka pour créer une réconciliation après la guerre civile sanglante fait que le pays risque une nouvelle guerre, a déclaré l’International Crisis Group (ICG).

Lorsque le président Maithripala Sirisena a pris le pouvoir en 2015, on espérait qu’il serait à la tête d’un processus de réconciliation entre les autorités dominées par les Cinghalais et les dizaines de milliers de victimes de la guerre tamoules.

Mais peu de choses se sont passées, selon le nouveau rapport d’ICG « La transition du Sri Lanka vers nulle part » – la transition du Sri Lanka vers les non-participants.

« Deux ans dans la période du président Sirisia, le fragile espoir du Sri Lanka d’une paix et d’une coopération durables entre les partis et les divisions ethniques est menacé », indique le rapport, qui a été publié mardi.

Sirisena a remporté les élections avec le soutien des Tamouls, qui ont le plus souffert pendant les 37 années de guerre civile, qui s’est terminée par une infraction brutale du gouvernement et jusqu’à 40 000 tués en mai 2009.

La Norvège n’a pas réussi en tant que facilitateur de la paix

La Norvège a travaillé pendant plusieurs années en tant que facilitateur d’un processus de paix entre le gouvernement et la guérilla des LTTE, mais la guerre a pris fin et presque tous les dirigeants des LTTE ont été tués et la majeure partie de la zone détenue par les LTTE a été envahie.

Sirisena a promis d’enquêter sur l’agression qui a eu lieu lorsque son prédécesseur Mahinda Rajapakse était au pouvoir. Mais il a dit non aux tribunaux soutenus par l’ONU qui peuvent inculper et poursuivre le personnel militaire pour des violations des droits de l’homme et des crimes de guerre.

Il a également critiqué l’enquête policière sur le meurtre d’un célèbre caricaturiste et critique du gouvernement.

Les promesses qu’il a faites avant d’être élu de réforme économique n’ont pas non plus été mises en œuvre, selon le rapport.

L’histoire se répète, selon ICG

– Les promesses ambitieuses d’améliorer l’économie, d’éradiquer la corruption, de restaurer l’état de droit, de faire quelque chose contre les conséquences de la guerre et d’écrire une nouvelle constitution, sont largement infructueuses, écrit ICG.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui