143 jeunes ont disparu - 3

143 jeunes ont disparu des accueils d’asile norvégiens

143 enfants et jeunes ont disparu des centres d’accueil pour demandeurs d’asile norvégiens en 2017. Plus de la moitié d’entre eux attendaient d’être expulsés de Norvège à l’âge de 18 ans.

Les chiffres de la Direction de l’immigration (UDI) montrent qu’entre janvier et avril de cette année, 143 demandeurs d’asile isolés ont disparu de l’accueil d’asile norvégien et dont on ne sait toujours pas où ils se trouvent, rapporte NRK.

Peur d’être renvoyé

– Nous pensons que la raison du plus grand nombre de disparitions est que plusieurs ont obtenu un permis à durée limitée.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

– Ils peuvent avoir peur d’obtenir un tel permis ou un refus, craignant ainsi d’être renvoyés à l’âge de 18 ans, explique Heidi Vibeke Pedersen. Elle est chef de département adjoint à l’UDI.

Découvrez un magnifique Fjord

A la même période l’année dernière, ce sont un peu moins de 50 enfants et jeunes qui ont disparu des accueils. Au total, 182 demandeurs d’asile mineurs célibataires ont disparu l’année dernière.

Selon les statistiques de l’UDI, 119 des jeunes qui ont disparu jusqu’à présent cette année avaient 17 ans. Plusieurs des enfants avaient un soi-disant permis de séjour limité.

– Cela nous dit que ce sont des enfants qui ont une peur énorme d’être envoyés à l’extérieur à l’âge de 18 ans et d’être renvoyés à la guerre.

Nous savons que beaucoup d’entre eux qui disparaissent, ont un permis de séjour temporaire et savent qu’ils seront envoyés à l’âge de 18 ans, explique Øystein Kolstad Kvalø, contact presse pour l’organisation de jeunesse Redd Barna (Save the Children).

Libre de partir

Pedersen dit que ce sont les bénéficiaires qui s’occupent des jeunes et qu’ils devraient travailler de manière préventive pour éviter qu’ils ne quittent les réceptions.

– Mais les jeunes peuvent quitter l’accueil quand ils le souhaitent, sans avoir le pouvoir de les retenir, précise Pedersen.
© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui