L'économie norvégienne est en croissance - Norway Today - 3

L’économie norvégienne est peut-être dans la phase de démarrage d’une période de boom, une reprise cyclique après deux ans et demi de déclin.

Mais si tel est le cas, Statistics Norway (Statistisk sentralbyrå – SSB) estime que la croissance sera lente et prudente. Cela se reflète dans le chômage, qui est encore à plusieurs années de la zone de confort en Norvège.

« Il est maintenant d’environ 4,5%, contre 3,2% en 2012. Il devrait évoluer lentement mais sûrement au cours des prochaines années », a déclaré Kjetil Telle, directeur de recherche chez SSB, alors qu’il présentait jeudi les perspectives économiques des trois prochaines années. Matin.

D’ici 2020, fin de la période de prévision, SSB estime que le chômage atteindra 4%, ce qui reste élevé du point de vue norvégien. Parallèlement, l’emploi sera relativement faible.

Dans l’ensemble, cela conduit à ce que la capacité de l’économie norvégienne ne soit pas pleinement utilisée.

Mieux que prévu

L’impression que l’économie pourrait être à un tournant est soutenue par la croissance du produit intérieur brut (PIB) de 2,6 % au premier trimestre, alors que les analystes tablaient sur 2 %.

De plus, la consommation des ménages a augmenté, le revenu réel a augmenté et des emplois sont en route.

Mais SSB a également versé de l’eau froide sur le sang bouillant de ceux qui voulaient faire la fête dans une extase de célébration. Il est trop tôt pour déterminer si le retournement apparent de l’économie, principalement dû à une nouvelle demande accrue dans le secteur pétrolier, est une reprise cyclique.

Les attentes de croissance peuvent être brouillées au hasard, a souligné le chercheur Torbjørn Eika.

«La question est de savoir si, par de telles prévisions, nous analysons l’économie norvégienne. La réponse est « non », nous sommes toujours en période de récession et le chômage est toujours plus élevé que ce à quoi nous sommes habitués. Mais la santé du patient s’améliore et d’ici 2020, on peut raisonnablement s’attendre à ce qu’il soit opérationnel », a déclaré Eika.

Trois ans de déclin du logement

SSB pense, comme la plupart des autres, que l’idéal serait de profiter d’un certain refroidissement du marché de l’habitation, mais ne prédit aucun événement qui sera décisif pour le développement économique. Les prix des logements ont explosé en avril et ont chuté étonnamment rapidement en mai, après de très fortes hausses de prix au cours des trois dernières années.

Cependant, de nouveaux logements sont construits en quantité, tandis que les pratiques de prêt sont devenues plus strictes et que les augmentations de salaires ont été faibles l’année dernière. Dans l’ensemble, cela a contribué à freiner la demande et les augmentations de prix inévitables qui l’auraient accompagnée », a souligné Eika.

« Nous ne prévoyons pas de changement de prix cette année et nous prévoyons une baisse modérée des prix au cours des années suivantes. Corrigé de l’inflation, cela signifie une baisse globale des prix des logements au cours de ces années de bien plus de 10 %, et peut-être jusqu’à 15 %, a déclaré Eika, soulignant que le résultat ne nous ramène qu’aux prix des logements que nous avions en 2016.

Source : NTB scanpix / Norway.mw