30 pour cent des immigrants ont des antécédents de réfugiés - 3

Au 1er janvier 2017, 217 200 personnes d’origine réfugiée vivaient en Norvège.

Cela correspond à 30 % des immigrés en Norvège et à 4 % de la population totale. La Somalie est toujours le groupe le plus important.

En 2016, le nombre de personnes d’origine réfugiée a augmenté de 17 800. Les personnes d’origine syrienne ont connu la plus forte croissance.

Découvrez un magnifique Fjord

Début 2017, il y avait 19 900 personnes d’origine syrienne réfugiée, alors que le chiffre correspondant pour l’année précédente était de 9 100.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Les Syriens constituent désormais le troisième plus grand groupe de réfugiés en Norvège, et certains demandeurs d’asile syriens attendent toujours d’être installés.

La Somalie reste le groupe le plus important de personnes d’origine réfugiée, avec 27 600, suivie de l’Irak (20 800). L’Érythrée est le quatrième plus grand groupe avec 14 100 personnes.

Trois sur quatre sont des demandeurs principaux

Au total, 160 000 personnes d’origine réfugiée ont été enregistrées en tant que demandeurs principaux au 1er janvier 2017, tandis que 57 200 ont immigré dans le cadre du regroupement familial avec un réfugié.

Parmi les 160 000 personnes enregistrées en tant que demandeurs principaux, 108 400 sont enregistrées en tant qu’anciens demandeurs d’asile ayant obtenu un permis de séjour, 33 300 sont des réfugiés de réinstallation et environ 18 300 sont enregistrées en tant qu’autres motifs ou motifs non spécifiés.

Cette dernière catégorie est composée de réfugiés et de familles de Bosnie-Herzégovine qui ont obtenu une évaluation collective au début des années 90.

Portée de l’immigration familiale influencée par l’origine du pays

Au total, 40 800 personnes ont immigré grâce au regroupement familial avec un réfugié. Un total de 16 400 ont immigré pour l’établissement de la famille par mariage.

Parmi les principaux groupes d’origine réfugiée, le Sri Lanka et la Somalie se distinguent par la plus forte proportion d’immigrants familiaux d’un demandeur principal, avec plus de 40 %. L’Irak compte également une proportion importante d’immigrants familiaux, avec 36 pour cent.

La part la plus faible d’immigrants familiaux était pour les Bosniaques, avec seulement 10 pour cent.

Ce groupe est principalement venu en Norvège en tant que famille, et très peu de ce pays peuvent désormais obtenir la résidence en tant que réfugié en Norvège.

L’immigration familiale en provenance de Syrie est également à un faible niveau puisque la plupart des réfugiés sont de nouveaux arrivants. Il faut du temps avant qu’ils aient la possibilité de se réunir avec leur famille.

Source : NTB scanpix / Norway.mw