Réduction de l'immigration de travail - Norway Today - 3

Au total, 50 500 personnes de nationalité non nordique ont immigré en Norvège en 2016.

L’immigration due au refuge a montré la plus forte augmentation, tandis que l’immigration de travail a montré la plus forte baisse. L’immigration familiale était le motif d’immigration le plus courant en 2016.

Les flux d’immigration annuels ont varié dans le temps. Près de 789 000 personnes de nationalité non nordique ont immigré en Norvège entre 1990 et 2016.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Il y a eu des fluctuations marquées au cours de la période, principalement en raison de l’augmentation du nombre de réfugiés causée par la guerre et les conflits dans différents coins du monde.

Allez voir les Baleines en Catamaran

En 2005, il y avait pour la première fois plus de travailleurs immigrés que de réfugiés. 2006 a été un point de passage, avec une immigration de travail et une immigration familiale à peu près au même niveau. Après 2006, l’immigration de travail a dominé le tableau des migrations jusqu’à l’année dernière.

L’afflux important de réfugiés en Europe à l’automne 2015 a amené de nombreux réfugiés syriens en Norvège.

Plus de réfugiés sont arrivés en Norvège en 2016 que de travailleurs immigrés. L’immigration familiale est restée stable au cours des trois dernières années, avec environ 16 500 immigrations par an.

L’immigration de travail continue de baisser

En 2016, l’immigration de main-d’œuvre a diminué d’environ 21 % par rapport à 2015. Au total, 14 400 personnes originaires de pays non nordiques ont immigré pour travailler en 2015.

Les travailleurs immigrés polonais constituaient le groupe le plus important en 2016, avec 4 100 personnes, soit 1 100 de moins que l’année précédente.

Sept sur 10 qui ont immigré pour le travail sont toujours en Norvège

Tous ceux qui immigrent en Norvège ne restent pas ici pour le reste de leur vie.

La raison de l’immigration a une incidence sur le fait qu’ils quittent le pays.

Parmi ceux qui ont immigré pour l’éducation, seulement 38 pour cent vivaient encore ici au 1er janvier 2017. Le pourcentage correspondant pour ceux qui ont immigré pour le travail était de 70 pour cent.

Source : SSB / Norvège aujourd’hui