Les municipalités violent la Constitution - Norway Today - 3

Les communes violent la Constitution

De nombreuses municipalités imposent des exigences plus strictes en matière de loyauté des employés que ne le permet la Constitution.

Les gestionnaires municipaux enfreignent à plusieurs reprises les droits constitutionnels lorsqu’ils réprimandent les employés qui s’expriment publiquement.

– Le médiateur a exhorté les autorités locales à assainir les règlements internes qui restreignent le droit des employés d’exprimer leurs opinions. Ce travail doit se poursuivre. Ici, tous les cadres et dirigeants placés au centre devraient relire la loi, dit Sissel Trygstad, Trygstad est directeur de recherche à la FAFO (l’Organisation de recherche sur les syndicats).

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Contraintes strictes

Lors d’un petit-déjeuner en collaboration avec la Fondation ‘Fritt Ord’ (Liberté d’expression), les chercheurs de FAFO présentent une enquête qui montre que l’État est inférieur à la culture de l’expression de vos opinions personnelles. Les règlements internes imposent souvent des restrictions beaucoup plus importantes à la liberté d’expression des employés que ne le permet la Constitution.

Découvrez un magnifique Fjord

– Dans de nombreux cas, il existe de fortes exigences en matière de fidélisation des employés. Nous avons vu des exemples où des employés ont été réprimandés parce qu’ils ont souscrit à des débats publics en utilisant leur nom et leur titre. La règle générale est que cela est autorisé tant que l’employé ne parle pas au nom de la municipalité, dit Trygstad.

Docteur réprimandé

FAFO a traité 18 plaintes qui ont été traitées par le médiateur civil au cours des années 2005-2016. En outre, 2 000 cadres municipaux à tous les niveaux ont répondu à une enquête sur les attitudes envers la culture et la liberté d’expression des fonctionnaires.

– L’un des cas traités par le Médiateur, concernant un médecin municipal qui avait rédigé un éditorial sur les priorités concernant les personnes âgées dans la municipalité. Le médecin a obtenu une réfutation, mais a agi dans le cadre de ses droits en vertu de la Constitution, a déclaré Trygstad à NTB.

Non à la critique

La moitié des dirigeants publics ayant participé à l’enquête FAFO estiment qu’il n’est pas acceptable que les agents publics s’expriment de manière critique vis-à-vis de la municipalité. 35 pour cent pensaient qu’il n’y avait pas de problème si un employé public participait à un marqueur contre la municipalité, tandis que 15 pour cent étaient indécis.

Quatre gestionnaires sur dix s’accordent à dire que les fonctionnaires devraient avoir une large latitude pour commenter les questions concernant leur propre lieu de travail.

Lorsqu’on leur a demandé de participer à l’échange de mots publics dans leur propre domaine d’expertise, les chiffres sont un peu meilleurs. Pourtant, 11 pour cent des dirigeants disent que ce n’est pas acceptable et 22 pour cent ne sont pas sûrs.

Doit changer de vue

Le chercheur du FAFO suppose que les attitudes et les réglementations contraires à la Constitution sont dues à l’ignorance. Mais elle pointe également vers une autre explication possible :

– Je pense que de nombreux gestionnaires trouvent déraisonnable d’obtenir une critique négative dans le journal local qui doit être traitée dans une journée autrement chargée. Ce n’est guère dû à de la mauvaise volonté, mais je vois un besoin clair d’un changement de culture. En tant que leader, vous devriez plus souvent penser : « Oui, c’est bien qu’il y ait un débat public sur les services dans ma municipalité. » Les dirigeants sont après tout là pour gérer nos impôts communs, souligne Trygstad.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui