Autobus sans chauffeur en route pour Oslo - 3

Autobus sans pollution en route pour Oslo

L’année prochaine, vous pourrez commander des billets dans un bus électrique autonome sur l’application Router. pour arriver à votre destination ; une évolution saluée par le ministre des Transports.

Aftenposten a indiqué que Routes and City Environment (Ruter og Bymiljøetaten) exploitera les bus à partir de mars de l’année prochaine à Oslo et Akershus en tant que projet test. L’objectif est de mettre en service 10 à 20 bus autonomes.

« Un service de centre-ville nous apprendra des choses autres qu’un service à Bygdøy ou à Nordre Aker le ferait », a déclaré Endre Angelvik, directeur des services de mobilité à Ruter.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Attendre cinq à dix minutes

Si vous voulez un bus, vous le commandez via l’application Ruter et il y aura une attente de cinq à dix minutes. Vous décidez où aller tant qu’il se trouve dans la zone de test.

Découvrez un magnifique Fjord

Sur la route, le bus prend d’autres passagers.

Il peut également y avoir des itinéraires fixes. La période de test se terminera en janvier 2019.

Un amendement législatif a été consulté et la proposition finale a été transmise au Parlement avant l’été. La proposition consistait à demander aux entreprises et aux municipalités de demander l’autorisation d’essayer des véhicules autonomes.

Solvik-Olsen dit « fantastique »

Le ministre des Transports et des Communications, Ketil Solvik-Olsen de Fremskrittspartiet (Frp) attend avec impatience l’initiative de Ruter.

« Nous célébrons la nouvelle selon laquelle Ruter prévoit de commencer les tests de bus autonomes l’année prochaine », a-t-il écrit dans un commentaire à l’agence de presse NTB.

«Il est étonnant que les entreprises publiques norvégiennes prennent de telles mesures si rapidement. Cela montre à quel point la législation est importante et quel effet elle a eu pour ouvrir la voie à ce type de développement et d’innovation en Norvège.

L’essai de véhicules autonomes facilite le développement et l’essai de nouvelles technologies. Il contribue à garantir de bonnes conditions de concurrence aux entreprises technologiques norvégiennes, afin qu’elles puissent être à l’avant-garde de la création de nouveaux emplois et services», a poursuivi le ministre des Transports.

Vraisemblablement, les nouveaux emplois ne seront pas pour les chauffeurs de bus.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui