La Norvège vise le quota d'asile - 3

La Norvège vise le quota d’asile

«La Norvège a reçu son quota de 1 500 demandeurs d’asile de Grèce et d’Italie. Il est maintenant temps que d’autres pays fassent de même », a déclaré le ministre de l’Immigration, Sylvi Listhaug.

Jeudi, un nouveau transfert de demandeurs d’asile vers la Norvège est intervenu dans le cadre du « programme de relocalisation » introduit par l’UE. Ainsi, un total de 1 503 demandeurs d’asile sont venus en Norvège via le dispositif, soit 3 de plus que nous nous étions engagés à recevoir.

Plus tard, la Norvège accueillera 7 autres demandeurs d’asile, pour un nombre total de 1 510.

En tant que pays de l’EEE, la Norvège a volontairement participé au programme de relocalisation.

«La Norvège a apporté une contribution majeure à la fois en participant à la réinstallation et en contribuant à des domaines connexes. Il est maintenant temps que les pays qui sont effectivement membres de l’Union européenne prennent le relais », a déclaré Listhaug.

Fort découragement

Le ministre Fremskrittspartiet (Frp) a évoqué la forte réticence manifestée par plusieurs pays européens à contribuer activement aux délocalisations.

«La Norvège a respecté nos obligations, alors qu’il y a un certain nombre de pays qui sont loin derrière. La solution pour l’Italie et l’UE est de contrôler la situation et de renvoyer les migrants. Sinon, cela va continuer pendant longtemps », a déclaré Listhaug.

Aujourd’hui, seuls trois pays ont rempli leur quota. Un seul d’entre eux, Malte, fait partie de l’UE. Malte a reçu 137 demandeurs d’asile. Les deux autres sont des pays de l’EEE, la Norvège et le Liechtenstein.

Cependant, les pays d’Europe centrale s’y sont fortement opposés. Trois pays, la Pologne, la Hongrie et l’Autriche, n’ont encore reçu aucun demandeur d’asile dans le cadre de ce programme.

Des ambitions revues à la baisse

L’objectif initial de l’UE était de relocaliser 160 000 demandeurs d’asile, pour soulager la Grèce et l’Italie en difficulté. Le programme devait s’étaler sur deux ans, jusqu’en septembre de cet automne.

Jusqu’à présent, seuls 29 000 demandeurs d’asile ont été relocalisés et l’UE a déjà fortement abaissé ses niveaux d’ambition. L’UE s’attend également à ce que l’effort se poursuive après septembre de cette année.

L’affaire a conduit à un débat perturbateur sur la solidarité au sein de l’UE.

La Roumanie, la Slovaquie, la République tchèque et la Hongrie ont voté contre le régime lors de son adoption. La Hongrie et la Slovaquie ont également poursuivi la Commission européenne pour libérer des quotas. La Cour de justice européenne est actuellement en discussion sur la question.

La Commission européenne a, à son tour, annoncé une action en justice pour tenter de forcer la Pologne, la République tchèque et la Hongrie à recevoir des demandeurs d’asile.

Erythréens et Syriens

Seuls les demandeurs d’asile qui ont de fortes chances d’obtenir leur demande d’asile sont relocalisés.

La majorité des 1 503 qui sont arrivés en Norvège sont originaires d’Érythrée et de Syrie.

La coopération entre l’UE et la Turquie a entraîné une réduction considérable des arrivées en Grèce, mais en Italie, le nombre d’arrivées est estimé à plus que jamais en 2017.

Jusqu’à présent, 85 000 réfugiés et migrants sont arrivés, la plupart d’entre eux de l’autre côté de la Méditerranée depuis la Libye, qui est devenue un État failli après avoir été pratiquement rasée par les campagnes de bombardement de la Grande-Bretagne, de la France, des États-Unis et de l’Aviation royale canadienne en 2011.

Selon RB St. John, dans le livre Libya: From Colony to Revolution (éd. révisé), Oxford, Oneworld, 2012, en octobre 2010, l’UE a versé à la Libye 50 millions d’euros pour empêcher les migrants africains de passer en Europe ; Le colonel Kadhafi a encouragé le mouvement, affirmant qu’il était nécessaire d’empêcher la perte de l’identité culturelle européenne au profit d’une nouvelle « Europe noire ».

L’Europe et les États-Unis, alors qu’Hillary Clinton a ri lorsqu’elle a commenté : « nous sommes venus, nous avons vu, il est mort », puis ont assuré la plus grande migration de migrants africains jamais réalisée sur l’océan Méditerranée avec leur campagne de bombardements et leur soutien aux forces anti-Kadhafi. , ouvrant la voie à l’Etat islamique et au statut d’État défaillant pour le pays.

La situation en Italie est une cocotte-minute, et le pays a demandé à d’autres États européens de faire plus pour aider. L’Allemagne a promis d’accueillir 3 000 demandeurs d’asile italiens de plus que prévu.

Cependant, il n’y a eu aucune discussion entre la Norvège et l’UE sur l’augmentation du quota de la Norvège.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui