La Croix-Rouge craint qu'il y ait 600 000 cas de choléra au Yémen - 3

370 000 personnes auraient été infectées par le choléra au Yémen. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) estime que les chiffres dépasseront les 600 000 cette année.

Dans le même temps, l’ONU a averti que dix millions de Yéménites ont un besoin urgent d’une aide vitale dans le pays, qui est au bord de la famine.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Le pays déchiré par la guerre a été touché par sa dernière épidémie de choléra fin avril. 1 800 personnes sont mortes de la maladie infectieuse, selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Plus de 370 000 personnes sont jusqu’à présent tombées malades du choléra.

« La grande tragédie est que cette épidémie de choléra est une catastrophe humanitaire qui a été créée par des personnes et aurait pu être évitée », a déclaré un communiqué du président du CICR, Peter Maurer.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Il était au Yémen dimanche pour évaluer la situation.

« C’est une conséquence directe d’un conflit qui a détruit les infrastructures civiles et a mis à genoux le système de santé du pays », a déclaré Maurer.

Attaques aériennes saoudiennes

Le mouvement yéménite Houthi contrôle une grande partie du Yémen, ayant déplacé le gouvernement internationalement reconnu et chassé le président de la capitale, Sana, il y a plus de deux ans et demi.

L’Arabie saoudite et plusieurs autres pays sont entrés en guerre au Yémen en mars 2015 dans le but de réintégrer le président, un allié saoudien. Depuis lors, plus de 100 000 frappes aériennes ont été menées contre des zones contrôlées par les Houthis, dont la capitale Sana.

Le choléra se propage dans l’eau sale et provoque une diarrhée sévère, des vomissements et une déshydratation. La maladie est facile à traiter et à prévenir, mais la guerre civile en cours a entraîné des pannes majeures dans les infrastructures et les services de santé. Cela a conduit de très nombreuses personnes à ne pas obtenir d’aide à temps. Sans traitement, la maladie peut être mortelle en quelques heures.

20 millions de personnes ont besoin d’aide, dont 10 millions en urgence

Le choléra a maintenant été détecté dans les 22 provinces du Yémen, et l’épidémie se propage beaucoup plus rapidement que ne l’avaient prédit les experts de la santé.

L’ONU a déclaré dimanche que plus de 20 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, et pour la moitié d’entre elles, le besoin de vivres, d’eau et de médicaments est urgent. Le pays pauvre au sud de la péninsule arabique compte 27 millions d’habitants.

Plusieurs milliers de personnes ont été tuées et des millions chassées de chez elles à cause de la guerre. Un grand nombre de ports vitaux sur la côte de la mer Rouge du pays sont soumis à un blocus de l’alliance militaire de l’Arabie saoudite, ce qui empêche les approvisionnements en nourriture et en médicaments de les atteindre.

Moins de la moitié des hôpitaux et des centres de santé du Yémen fonctionnent aujourd’hui.

‘Une honte’

Fin juin, l’ONU a demandé au monde de regarder ce qui se passe au Yémen. L’organisation de secours, CARE, est désespérée par la crise humanitaire et appelle la communauté mondiale à mettre fin aux souffrances.

« Nous sommes maintenant au 21e siècle et la situation actuelle est une honte absolue pour l’humanité », a déclaré Wolfgang Jamann, le secrétaire international de CARE.

Selon Jamann, 60 % de la population du pays manque de stocks de nourriture et plus de la moitié de la population n’a pas accès à l’eau potable.

« Plusieurs régions du Yémen ne sont qu’à un pas d’une famine catastrophique », a-t-il averti.

CNN News a rapporté que « Aaron David Miller, analyste au Woodrow Wilson Center, a déclaré » la combinaison d’un roi et d’un prince héritier adjoint et de la validation américaine … se sont réunis pour enhardir les Saoudiens et les rendre encore plus risqués. prêts lorsqu’il s’agit d’affirmer leur pouvoir dans leur étroite sphère d’influence que sont le Golfe, le GCC (Gulf Cooperation Council) et le Yémen.

Après le soutien initial du président Barack Obama, récemment, le président américain Donald Trump s’est rendu en Arabie saoudite et a annoncé un accord d’armement de 110 milliards de dollars avec le pays. géré principalement par l’ONU.

Sur la base de conversations avec plusieurs sources, CNN a découvert que le gouvernement Hadi du Yémen et ses soutiens dirigés par l’Arabie saoudite cherchaient activement à empêcher les journalistes et les organisations de défense des droits humains de prendre l’avion pour des vols humanitaires.

Un travailleur humanitaire de l’ONU, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, l’a confirmé à CNN : « Les personnes qui peuvent laisser les journalistes entrer dans le pays ne les laissent pas entrer, c’est le gouvernement yéménite et ses partisans de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ».

Paradoxalement, fin 2016, l’ONU a élu l’Arabie saoudite pour un mandat de 3 ans au sein de son Conseil des droits de l’homme, bien après que l’Arabie saoudite ait déjà formé une coalition qui, selon IBT News, comprenait le Qatar, le Koweït, les Émirats arabes unis. , Bahreïn, Égypte, Maroc, Jordanie, Soudan et Sénégal, avec un soutien supplémentaire de pays occidentaux tels que les États-Unis et la France. La coalition dirigée par les Saoudiens a commencé à mener des frappes aériennes contre les Houthis.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui