La Norvège sans accès direct aux données sur le terrorisme - 3

La Norvège n’a pas d’accès direct aux données terroristes d’Europol

La Norvège et la Suisse ne peuvent pas accéder directement aux informations sur les suspects terroristes dans les registres d’Europol. Maintenant, la Suisse a exigé un changement dans les règles.

La base de données d’Europol (EIS) contient des informations sur plusieurs milliers de combattants étrangers et de suspects terroristes.

Chaque année, des centaines de milliers de recherches sont effectuées dans le registre. Cependant, seuls les États membres de l’UE sont autorisés à demander directement de telles recherches.

La police de pays comme la Norvège et la Suisse doit obtenir une autorisation, ce qui peut entraîner des retards importants, faisant perdre au registre son utilité.

Cela a suscité des inquiétudes en Suisse, qui a maintenant demandé un accès direct au registre EIS.

Le manque d’accès a été répété par la ministre suisse de la Justice, Simonetta Sommaruga, lors de la réunion des ministres de la Justice et des Affaires intérieures de l’UE à Bruxelles jeudi dernier.

La Norvège dans la même situation

Sommaruga pense que le manque d’accès direct est une « grave brèche de sécurité » qui doit être comblée, a écrit le journal Tages-Anzeiger.

La Norvège est dans la même situation que la Suisse, et la question a été discutée du côté norvégien. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas voulu prendre de position officielle sur la question.

«Le partage d’informations est un outil essentiel pour lutter contre le terrorisme au-delà des frontières. Nous réfléchissons maintenant à la manière dont nous donnerons suite à cette affaire », a déclaré Per-Willy Amundsen, le ministre de la Justice.

La Norvège a assisté à la réunion ministérielle à Bruxelles où l’affaire a été soulevée, mais a choisi de ne pas s’exprimer.

Pays de transit

Lulzana Musliu, porte-parole de la Police fédérale suisse, estime que la réglementation actuelle est difficile à comprendre.

« La Suisse est au centre de l’Europe. Par conséquent, il serait avantageux pour les États membres de l’UE de nous donner un accès direct », a déclaré Musliu, selon l’agence de presse suisse SDA.

La toile de fond de la déclaration est la crainte que des cellules terroristes puissent utiliser la Suisse comme point de transit ou refuge.

Tages-Anzeiger a souligné que six personnes soupçonnées d’avoir participé à de récents attentats terroristes en Europe se trouvaient auparavant en Suisse. Parmi ceux-ci figuraient deux membres d’une cellule de l’État islamique (EI), soupçonnés d’avoir participé à l’attentat terroriste de Barcelone.

Norvège plus

L’accès à la base de données EIS est également devenu un problème important lorsque le Danemark a choisi de quitter Europol plus tôt cette année. Le Danemark a conclu son propre accord de coopération. Cela a été appelé ‘Norvège +’, parce que les Danois ont obtenu de meilleures conditions que la Norvège.

L’accord prévoit, entre autres, que les employés d’Europol parlant danois peuvent rechercher rapidement la base de données de la police danoise. Celui-ci leur est accessible 24h/24.

Au cours des négociations, les Danois ont contacté la Norvège pour savoir comment la police norvégienne utilisait la base de données. La direction de la police leur a dit que le registre Europol n’était pas souvent utilisé en Norvège. La raison en était le manque d’accès direct.

La Norvège doit passer par le système d’échange d’informations d’Europol, SIENA, pour effectuer des recherches. Selon la direction de la police, cela prend tellement de temps que la perquisition « perd sa signification opérationnelle ».
Pourrait faire partie des pourparlers sur le Brexit

L’accès à la base de données pourrait, une fois de plus, devenir un problème de négociation lorsque la Grande-Bretagne quittera l’UE. Les Britanniques ont annoncé vouloir un accord de coopération « sur mesure » avec Europol après le Brexit.

« Nous voulons construire un nouveau partenariat avec l’UE qui va au-delà de tous les accords de coopération existants avec des pays tiers », a déclaré le représentant du Premier ministre britannique, David Davis, lorsqu’il a récemment présenté sa position de négociation.

L’UE a, de son propre point de vue, mis l’accent sur les considérations relatives à la vie privée comme une raison importante de retenue.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui