Un journaliste norvégien remporte un procès sur la protection des sources - 3

La journaliste Cecilie Langum Becker, du journal Dagens Næringsliv, a été condamnée à une amende pour avoir refusé de révéler ses sources.

La Norvège a violé l’article 10 de la convention des droits de l’homme, a déclaré la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.

Le tribunal a ordonné à la Norvège de rembourser l’amende de 30 000 couronnes infligée à Becker pour avoir refusé de renoncer à ses sources.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Becker a dit qu’elle n’était pas surprise.

«Nous étions absolument sûrs de gagner», a-t-elle déclaré à NTB News.

Découvrez un magnifique Fjord

«Mais bien sûr, nous sommes très heureux. Cela fait longtemps pour nous et pour moi », a-t-elle déclaré.

Enquête sur DNO-investisseur
Tout a commencé avec un article que Becker a écrit pour DN.no en 2007 sur la société DNO.
L’article a conduit à une enquête sur un investisseur dans DNO.

Økokrim (la Division de la criminalité économique) voulait savoir à qui Becker avait parlé, mais le journaliste a refusé de révéler la source. Elle a ensuite été convoquée comme témoin au tribunal, mais a toujours refusé de divulguer ses sources.

Le tribunal de district d’Oslo et la cour d’appel de Borgarting ont conclu que Becker aurait dû témoigner. L’affaire a fait l’objet d’un appel devant la Cour suprême, mais a été rejetée.

Article 10

La Cour de Strasbourg a été unanime dans sa décision selon laquelle la Norvège avait violé l’article 10 de la convention relative aux droits de l’homme. L’article 10 garantit la liberté d’expression et le droit de recevoir et de diffuser des informations.

L’arrêt a déclaré que la protection des sources n’est pas absolue. Cependant, le tribunal considère que la protection des sources doit, pour plusieurs raisons, primer sur le témoignage dans cette affaire.

Le tribunal a notamment déclaré que Becker n’avait pas empêché l’enquête ou le procès de l’investisseur DNO. Il a été jugé, même si Becker a refusé de témoigner.

Il a été souligné que Becker n’avait pas non plus été accusé d’utiliser des méthodes journalistiques illégales.

Principe important dans le cas

L’Association éditoriale norvégienne estime que la décision de Strasbourg repose sur un principe important.

«  Si nous commençons à déchirer la protection des sources, et le faisons relativement, et en fonction de nombreuses circonstances, cela affaiblira le principe, et cela amènera bientôt plus de gens à être sceptiques quant à contacter ou à fournir des informations aux médias  », a déclaré le secrétaire. Général, Arne Jensen.

Becker a déclaré à NTB News qu’elle était surprise que le bureau du procureur de Norvège, dans trois tribunaux, pense qu’elle devrait révéler la source.

«Økokrim prend note de la décision», a déclaré le procureur de la République, Henrik Holm.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui