Un expert en terrorisme prévient que la plus grande menace sont ceux qui se radicalisent chez eux - 3

Ceux qui se radicalisent dans leur propre pays représentent la plus grande menace en Europe et aux États-Unis, et non les combattants étrangers de retour », a déclaré Marc Sagemann, un expert américain du terrorisme.

« En France, aux États-Unis ou ailleurs, il n’y aura plus d’attentats comme prévu à Paris le 15 novembre 2015 », a déclaré Sagemann, ancien agent de la CIA et expert en terrorisme.

Il a déclaré que ceux qui planifient des attaques maintenant ne reçoivent pas de conseils de l’EI, mais agissent en leur propre nom et se considèrent comme des soldats d’une communauté musulmane qu’ils veulent protéger et venger.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

« Sur les 19 attaques majeures récentes en Europe, 17 n’avaient aucun lien direct avec des pays étrangers », a déclaré Sagemann.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Des menaces partout

Sagemann a souligné que les étrangers rentrant chez eux constituent une menace, mais pas la plus grande menace.

« Les attentats dans ce pays ont été perpétrés par des personnes qui sont restées dans le pays depuis plusieurs années. Le vrai danger réside dans ces attaques pas particulièrement sophistiquées, mais mortelles », a déclaré l’expert en terrorisme, faisant référence à l’incident survenu lundi dans une station de métro de New York.

Personne n’est mort dans l’attaque, au cours de laquelle un chauffeur de taxi bangladais de 27 ans a déclenché une bombe artisanale. L’agresseur lui-même a été envoyé à l’hôpital avec des blessures graves au haut du corps et aux mains.

Restez à la maison les terroristes

Selon ‘New America Data’, 85 % des 415 personnes accusées d’actes extrémistes depuis le 11 septembre 2001 sont des citoyens américains. 207 d’entre eux sont nés aux États-Unis.

« Le havre de paix est la chambre. Ils peuvent tout planifier à la maison et n’ont pas besoin de laisser de traces à l’extérieur », a déclaré Sagemann.

Selon la police de New York, l’auteur bangladais a utilisé des lumières de Noël, des allumettes et une batterie de neuf volts attachée à une antenne pour fabriquer la bombe avec laquelle il s’est fait exploser lundi matin. Il a utilisé du Velcro pour l’attacher à son corps. La police pense qu’il a très probablement trouvé les instructions de construction sur Internet.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui