Les scientifiques pensent que le climat pourrait augmenter considérablement le nombre d'asiles en Europe - 3

L’Europe pourrait augmenter le nombre de « réfugiés climatiques », car le réchauffement climatique contribue à la pauvreté et à des conditions de vie difficiles ailleurs dans le monde.

Dans un nouveau rapport publié jeudi dans la revue Science, des chercheurs discutent de la relation entre le changement climatique et les réfugiés.

« Nous trouvons une corrélation statistique significative entre les fluctuations des demandes d’asile et les conditions météorologiques anormales », ont écrit Wolfram Schlenker et Anouch Missirian, deux chercheurs de l’Université Columbia aux États-Unis.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Ils ont examiné les demandes d’asile dans l’UE de 2000 à 2014. Les demandeurs d’asile d’un total de 103 pays ont déposé une demande d’asile avant l’afflux important de réfugiés en provenance de pays tels que la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan en 2015 et 2016.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Premier du genre

Ils concluent que plus la température dans le pays d’origine des demandeurs d’asile s’élève au-dessus de 20 degrés (la température optimale pour la culture des aliments), plus les demandes d’asile sont nombreuses. Les températures élevées ont une plus grande tendance à augmenter les demandes d’asile que les températures basses.

«Il s’agit de la première étude qui trace une ligne de connexion entre la température et la migration internationale au niveau mondial», a déclaré Jacob Schewe, chercheur à l’Institut de recherche sur le climat de Potsdam en Allemagne.

Il n’a pas participé lui-même à l’étude.

Demandes triplées

Selon le rapport, le nombre de demandes d’asile dans l’UE pourrait augmenter de plus d’un quart d’ici 2100, même si le réchauffement climatique ralentit.

Si les émissions de gaz à effet de serre se maintiennent au niveau actuel, le nombre de demandes d’asile va presque tripler pour atteindre plus d’un million par an vers la fin du siècle, soutient le rapport. Le rapport ne spécule pas sur l’effet de la diminution des emplois disponibles en raison de la mécanisation et de la numérisation.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui