Plus de 50 pays africains demandent des excuses à Trump - 3

54 pays africains exigent que le président des États-Unis, Donald Trump, s’excuse et retire la prétendue déclaration sur les « trous de merde » africains.

« Nous sommes très préoccupés et condamnons fermement les déclarations dures, racistes et xénophobes du président américain qui sont apparues dans les médias », a déclaré un communiqué commun.

Réunion urgente

Découvrez un magnifique Fjord

Les ambassadeurs à l’ONU de divers pays africains se sont réunis vendredi pour une réunion rapide de quatre heures. Ils ont été unanimes pour exiger que Trump retire les déclarations et s’excuse.

Vendredi, il est devenu connu que lors d’une réunion sur les questions d’immigration pour Haïti, El Salvador et les pays africains, Trump les avait qualifiés de  » trous de merde « .

Découvrez un magnifique Fjord

Il a nié cela, mais un sénateur qui était présent à la réunion a confirmé que cela avait été dit.

« Nous sommes préoccupés par la tendance persistante et croissante de l’administration américaine contre l’Afrique et les personnes d’origine africaine, et la condamnation de continents et de couleurs entiers », a déclaré le communiqué de presse.

Dans le même temps, ils ont remercié tous les Américains qui ont condamné ces déclarations.

‘Raciste’

Les critiques ont été formulées contre Trump, et beaucoup qualifient la déclaration de raciste, y compris les Nations Unies.

Vendredi, l’adversaire de Trump à l’élection présidentielle, Hillary Clinton, a noté que cela faisait huit ans qu’Haïti avait été frappé par un tremblement de terre très dévastateur.

«C’est un jour pour se souvenir de la tragédie, honorer le peuple haïtien invincible et garantir l’engagement de l’Amérique à aider nos voisins. Au lieu de cela, nous sommes exposés à la vision ignorante et raciste de Trump de tous ceux qui ne lui ressemblent pas », a-t-elle déclaré.

Clinton n’a pas commenté les allégations généralisées de détournement de fonds faites contre la Fondation Clinton depuis le tremblement de terre en Haïti en 2010.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui