Giske en congé de maladie pendant encore deux semaines - 3

Giske en congé de maladie pendant encore deux semaines

L’ancien chef adjoint du Labour, Trond Giske, est en congé de maladie au moins jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

Le conseiller du politicien, Bård Flaarønning, raconte à Dagbladet.. L’ancien top travailliste est en arrêt maladie depuis le vendredi 22 décembre

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Giske a démissionné de son poste de chef adjoint du Parti travailliste le 7 janvier, après plusieurs rapports faisant état de comportements sexuels inappropriés à la suite de #MeeTo. Dans le même temps, il s’est retiré du rôle de chef de la faction des finances du Labour sur une base permanente.

On ne sait pas quel rôle Giske aura à son retour au Parlement. S’il n’obtient pas une autre prolongation de son congé de maladie, il revient juste à temps pour la Convention nationale du travail les 29 et 30 janvier.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Giske quitte le Comité central travailliste

Rigmor Aasrud ​​succède à Trond Giske en tant que porte-parole financier du Parti travailliste. Dans le même temps, Giske perd son poste au Comité central travailliste.

Trond Giske est devenu porte-parole pour les questions financières après les élections de l’automne dernier, mais a rendu son poste disponible à la suite des affaires de harcèlement sexuel.

Le parti travailliste (AP) confirme à NTB que Giske a perdu son poste au Comité central lorsqu’il a démissionné de son poste de chef adjoint le 7 janvier.

Sur les questions de NTB sur qui remplace Giske au Comité central, Ap informe que c’est la Convention nationale qui élit les membres du Comité central.

Le groupe parlementaire travailliste a maintenant décidé que Giske serait membre de la fraction famille et culture.

Habile politicien

Le parti a également décidé que l’ancien ministre du Cabinet, Rigmor Aasrud, d’Oppland, présidera la faction financière des travaillistes au Parlement (Stortinget) et également porte-parole fiscal.

– Aasrud ​​est un homme politique expérimenté et qualifié qui dirigera le travail financier du parti travailliste dans le bon sens, a déclaré le chef du parti travailliste, Jonas Gahr Støre, dans un communiqué de presse.

Aasrud ​​était ministre du Renouveau, de l’Administration et de la Religion dans le gouvernement Stoltenberg II et dirigeait la fraction communale du Parti depuis l’automne 2017.

Marianne Marthinsen a dû démissionner de son poste de porte-parole des finances contre son gré après le résultat désastreux des élections travaillistes à l’automne dernier. Peu de temps après, plusieurs conseillers travaillistes clés ont quitté le Parlement.

Beaucoup de changements

La question Giske déclenche une série de changements dans le groupe parlementaire du plus grand parti jusqu’à récemment en Norvège.

Le nouveau chef de la fraction municipale et administrative sera Eirik Sivertsen de Nordland. Il a dirigé la faction Transport des travaillistes de 2015 à 2017 et était auparavant dans la fraction municipale.

– Sivertsen a une vaste expérience politique et donnera à la faction municipale une nouvelle dimension, a déclaré Støre.

Le groupe parlementaire a également nommé Masud Gharahkhani de Buskerud comme porte-parole pour l’immigration. Il a une formation en politique locale à Drammen.

– Gharahkhani est un homme politique doté d’une perspicacité et d’une expérience qui souligneront les valeurs et les politiques du Parti travailliste dans ce domaine, a déclaré Støre.

L’Association de la presse n’entame pas une discussion séparée concernant l’affaire Giske

L’ancien rédacteur en chef de Bergensavisen et membre travailliste, Olav Terje Bergo, s’est adressé à l’Association de la presse norvégienne il y a quelques semaines et a estimé qu’ils devraient prendre une telle initiative.

Cela n’arrivera pas, a déclaré la secrétaire générale Elin Floberghagen lors d’un petit-déjeuner sur l’année des médias jeudi, rapportent Kampanje et Medier24.

– Nous avons répondu non à cette enquête et pensons que l’affaire se prête mieux à un débat et à une discussion en cours qu’une évaluation globale de la Press Association, dit-elle.

Floberghagen a souligné qu’il existe de nombreux dilemmes liés à la question qui sont intéressants à discuter, tels que l’utilisation de sources anonymes.

– Et puis j’ai l’impression que le plus grand dilemme est : comment la couverture massive affecte-t-elle ceux qui sont exposés aux critiques ? – C’est quelque chose qui devrait être discuté en permanence par les groupes éditoriaux, poursuit-elle.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui