62 enfants envoyés à l'étranger contre leur gré l'année dernière - 3

L’année dernière, 107 personnes originaires de Norvège ont été signalées comme étant envoyées et abandonnées à l’étranger contre leur gré. 62 d’entre eux étaient des enfants. Désormais, le gouvernement envisagera de retirer les passeports des enfants dans des situations à haut risque.

Il s’agit d’une forte augmentation par rapport à 2016, où il y avait 79 cas concernant des personnes envoyées ou parties à l’étranger.

« Le gouvernement envisage maintenant de prendre en charge les enfants risquant d’être envoyés », a déclaré Jan Tore Sanner (H), ministre de l’Intégration et de l’Intégration, à NRK.

Allez voir les Baleines en Catamaran

« C’est quelque chose que nous examinons parce que nous pensons que c’est grave que des enfants et des jeunes soient envoyés hors de Norvège, contre leur gré, vers des pays où la violence et le contrôle social sont exercés », a déclaré Sanner.

Découvrez les Aurores Boréales

« Ce sont des chiffres sérieux qui montrent qu’il faut renforcer le travail de prévention à domicile. Nous devons travailler pour que moins de personnes soient envoyées, mais nous devons faire tout notre possible pour aider les personnes vulnérables à l’étranger », a déclaré Sanner.

Les pays mentionnés comme les plus problématiques dans le rapport annuel de l’Équipe de compétence contre les mariages forcés et les mutilations génitales sont le Pakistan, l’Irak, la Somalie, l’Afghanistan et la Syrie. Au total, les demandes provenaient de 39 pays différents.

Le droit de choisir
– « Chacun doit pouvoir vivre une vie libre et indépendante. Les enfants, les jeunes et les adultes ont le droit de faire leurs propres choix. Nous soutenons également les organisations qui s’efforcent de renforcer les droits des femmes des minorités – et de lutter contre la culture honorifique et le contrôle social négatif », souligne Sanner.

Le rapport annuel montre que la plupart des enquêtes portaient sur des menaces et d’autres formes de violences liées à l’honneur (28 %), des mariages forcés (25 %) et des séjours involontaires à l’étranger (14 %). 36 des cas concernaient des mutilations génitales.

« Ils disent qu’ils n’ont pas accès aux téléphones portables ou à Internet, et qu’ils se fiancent ou se marient », a déclaré Layal Ayoub à l’organisation NOK to NRK.

Elle travaille contre le contrôle social et est en contact avec des jeunes qui ont été expulsés ou risquent d’être expulsés.

intérêts romantiques norvégiens
Ayoub dit que certains parents ont peur que leurs enfants s’engagent dans une relation amoureuse avec Norwegian.

« Ils ne veulent pas que leurs filles perdent leur virginité et choisissent d’épouser quelqu’un qui n’est pas de leur pays d’origine. Les filles sont malheureusement piétinées dans l’environnement qui les entend, raconte Ayoub.

La directrice Mari Trommald de la Direction de la jeunesse et de la famille des enfants dit qu’il est difficile d’aider lorsqu’ils sont en dehors des frontières de la Norvège :

« Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il est très difficile d’aider les enfants qui ont déjà été laissés à l’étranger, et le plus important est d’éviter que des enfants n’arrivent à cette situation », dit-elle.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui