L'injustice fiscale a un visage de femme - 3

Les organisations de femmes du monde en développement peuvent être fières d’elles. Grâce à leurs luttes, des progrès significatifs ont été réalisés dans l’adoption de cadres juridiques améliorant l’égalité des sexes. De nos jours, les femmes ont un meilleur accès à leurs propres revenus, leur participation au travail a augmenté et les écarts de qualité de l’emploi entre les hommes et les femmes se réduisent.

Néanmoins, il y a beaucoup à faire. Il existe toujours un écart salarial entre les hommes et les femmes effectuant un travail de valeur égale, les femmes étant concentrées dans des emplois informels et des emplois sans conditions de travail décentes. ONU Femmes affirme que 75 pour cent du travail des femmes en Asie et en Afrique se fait dans le secteur informel sans accès à un salaire décent, à des congés de maternité ou payés, ou à des retraites.

De plus, les femmes portent encore une responsabilité disproportionnée lorsqu’il s’agit de tâches ménagères et de soins non rémunérés. S’occuper des membres de la famille à charge, le nettoyage et la cuisine sont toujours des « affaires de femmes », ce qui limite leurs possibilités d’éducation, de formation et de travail, et rend leur autonomisation économique impossible.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Aujourd’hui, nous sommes à la croisée des chemins. L’engagement renouvelé en faveur de l’égalité des sexes et des droits humains à travers l’Agenda 2030 pour le développement durable se heurte à un environnement économique moins favorable. Les gouvernements mettent en œuvre des politiques d’austérité aux conséquences dévastatrices pour les populations non protégées. Dans le même temps, le grand public peut constater que de nombreuses multinationales ne paient qu’une partie des impôts qu’elles doivent, comme le révèle à nouveau le Papiers Paradis scandale.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Ce que le citoyen moyen trouve le plus surprenant, c’est d’apprendre que ces abus fiscaux sont légaux. La réglementation actuelle permet aux entreprises de déclarer leurs bénéfices, non pas dans les pays où ils sont réalisés, mais dans d’autres pays à taux d’imposition inférieurs, voire nuls. Ce système perpétue la concurrence fiscale en faisant pression sur les pays pour qu’ils perçoivent des impôts de plus en plus bas.

Nous, le Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT) croient que faire des progrès dans l’agenda de genre de la région nécessite une perspective plus large. L’égalité des sexes ne peut être atteinte sans une réforme fiscale pour les multinationales.

Les politiques fiscales ne sont pas neutres en ce qui concerne l’égalité des sexes ; ils peuvent favoriser ou entraver sa réalisation. En raison des positions différentes et inégales que les hommes et les femmes occupent dans la force de travail, en tant que consommateurs, producteurs, propriétaires d’actifs et responsables des activités dans le cadre de l’« économie des soins », les femmes et les hommes ressentent l’impact de les politiques fiscales différemment.

Lorsque les multinationales ne paient pas les impôts qu’elles doivent, cela signifie que les États ont moins de ressources pour investir dans les services publics, tels que l’éducation, les soins de santé, les services de garde d’enfants, l’accès à des systèmes de justice efficaces et l’accès aux systèmes publics d’eau potable et d’assainissement. Cette dynamique exacerbe l’égalité des sexes, car les femmes sont surreprésentées parmi les pauvres et parmi le groupe démographique aux emplois précaires ou mal rémunérés. En outre, ils ont tendance à assumer une part plus importante du travail de soins non rémunéré lorsque les services sociaux sont coupés. La fermeture d’une école maternelle peut forcer une femme à quitter son travail pour s’occuper de ses enfants.

De plus, lorsque les pays voient leurs capacités à lever des revenus diminuées – du fait que les multinationales ne paient pas le juste montant qu’elles doivent – ​​les gouvernements ont tendance à compenser cette perte en augmentant la pression fiscale sur les petites et moyennes entreprises ou sur les citoyens et les familles (généralement en augmenter les taxes sur les ventes, par exemple la taxe sur la valeur ajoutée – TVA). Ces mesures ont également une dimension de genre, car les femmes sont surreprésentées dans les petites et moyennes entreprises (qui ont moins de possibilités d’échapper à l’impôt) et aux niveaux de salaire les plus bas. Plus le régime fiscal est régressif, plus le fardeau de soutenir les politiques publiques retombera sur les épaules des femmes de manière disproportionnée.

Le 8 mars, alors que nous célébrons la Journée internationale de la femme, lorsque les gouvernements réitèrent leurs engagements sur le thème de l’égalité des genres et des droits des femmes, ce ne serait pas une mauvaise chose de leur rappeler que nous ne pourrons jamais progresser en matière d’égalité des genres, ni garantir les droits des femmes, sans politiques fiscales progressives.

Madeleine Sepúlveda est membre de la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT). Auparavant, elle était le Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme.

Source : Magdalena Sepúlveda / La Norvège aujourd’hui