Deux milliards égarés révélés par les guichets automatiques - 3

Deux milliards égarés révélés par les guichets automatiques

En cinq ans, l’administration fiscale a révélé 2,2 milliards de NOK de revenus et de richesses cachés en gardant un œil sur tous les retraits aux guichets automatiques avec des cartes bancaires étrangères. L’industrie financière aime être aussi sournoise que ses clients malhonnêtes.

Récemment, trois hommes d’Østfold ont été condamnés à plusieurs années de prison pour avoir détourné leur propre entreprise de 7,2 millions de NOK et avoir retiré leur argent via des cartes bancaires suisses dans des distributeurs automatiques norvégiens.

La fraude s’est produite en créant une société fictive à Malte, où ils ont envoyé de fausses factures à leur société norvégienne. L’argent a été versé sur un compte à Malte puis transféré dans des banques au Liechtenstein et en Suisse.

Les trois hommes ont des cartes bancaires pour le compte bancaire suisse, qui fonctionnait dans les guichets automatiques norvégiens. Des retraits réguliers ont incité l’administration fiscale à commencer à investir la piste de ce crime économique.

Les autorités fiscales confirment avoir révélé 255 cas de ce type depuis 2013, qui ont révélé 960 millions de NOK de revenus qui étaient également de l’évasion fiscale et 1,275 milliard de NOK d’avoirs cachés.

« Cela a été une méthode de contrôle très bonne et précise dans laquelle nous avons découvert de nombreuses choses et des montants importants d’impôts qui ont été cachés à l’étranger, et nous n’aurions pas pu les découvrir sans cette méthode », a déclaré le chef des impôts de Tax East de Jan-Egil Kristiansen.

Réseautage à l’étranger

L’une des principales affaires révélées par l’utilisation de cartes bancaires étrangères a été portée devant les tribunaux en février de l’année dernière.

Trois personnes avaient créé une entreprise de vente de services de contenu pour téléphones mobiles sur le marché norvégien. Ils ont constitué un réseau d’entreprises à Gibraltar, à Hong Kong, au Belize et en Thaïlande.

Ils ont utilisé plusieurs de ces sociétés pour extraire 83 millions de NOK du pays. L’argent a ensuite été transféré entre les différentes sociétés et banques avant que l’argent ne soit retiré dans les guichets automatiques norvégiens.

C’est ainsi qu’elle a été portée à l’attention des autorités fiscales norvégiennes, qui supervisent l’utilisation des cartes en général. Des mesures policières ont alors été prises avec une perquisition et une saisie qui ont permis de révéler la fraude.

Deux des trois ont été condamnés ; un pour trois ans et un mois et l’autre trois ans et onze mois, en prison. Ils se sont également vu refuser le droit d’exercer une activité commerciale pendant cinq ans.

Pas de surveillance

Finance Norway est la principale organisation des banques qui possèdent les guichets automatiques, où la plupart de l’argent provenant des transactions illégales est retiré.

Le directeur des communications de Finance Norway, Jan Erik Fåne, se réjouit que l’administration fiscale surveille les transactions illégales qui se produisent via les guichets automatiques.

« Lorsqu’il y a des raisons de croire que l’argent est associé à l’évasion fiscale, il est bon d’avoir un système de contrôle qui puisse le découvrir grâce à plusieurs méthodes que l’administration fiscale a le pouvoir d’utiliser. Dans de tels contextes, la contribution des banques est une responsabilité sociale importante.

Finance Norway souligne qu’il ne s’agit pas d’une surveillance générale des clients des minibanques, mais qu’il y a lieu de croire qu’une activité indésirable a lieu.

« Dans une société de plus en plus numérisée, il faudrait abuser de différents services bancaires pour commettre des délits financiers », explique Fåne.

© NRK / #La Norvège aujourd’hui