Des centaines de néo-nazis se rassemblent pour célébrer l'anniversaire d'Hitler - 3

Des centaines de néo-nazis se sont rassemblés vendredi dans la ville allemande d’Ostritz pour marquer l’anniversaire d’Adolf Hitler.

Ostritz se trouve en Allemagne de l’Est, près de la frontière avec la République tchèque et la Pologne. Des contre-manifestations contre le « festival » de deux jours ont également eu lieu vendredi.

La majorité des participants étaient des hommes, et plusieurs portaient des T-shirts avec des slogans comme « Regarder la race », « Le blanc est ma couleur préférée » et « Adolf était le meilleur ».

Découvrez les Aurores Boréales

Des centaines de policiers étaient en place pour l’événement, qui devait également attirer des extrémistes d’Europe de l’Est.

Découvrez les Aurores Boréales

Événement politique

Les organisateurs s’attendaient à ce qu’environ 1 000 participants se rendent à une célébration du week-end. Ils ont également affirmé que le festival est un événement politique qui lui confère une protection en vertu de la constitution allemande.

La petite ville allemande est située dans l’état de Saxe, un état où l’hostilité contre les étrangers est généralisée. Entre autres choses, Pegida a ses origines là-bas, et le populiste de droite et fortement anti-islamiste « Alternative pour l’Allemagne (AFD) » est devenu le plus grand parti de l’État lors des élections de l’automne dernier.

« Fête de la paix »

La célébration de l’anniversaire d’Hitler, 73 ans après sa mort, a suscité de vives réactions.

Un festival de la paix séparé a été organisé par des politiciens locaux, des groupes de citoyens et des chefs religieux pour montrer qu’Ostritz est une colonie « tolérante et pacifique », et en outre, des militants antifascistes se sont rassemblés dans deux contre-manifestations différentes.

« Si vous pouvez vous réunir pour célébrer l’anniversaire d’Hitler sans aucun problème ni conséquence, c’est le signe de mauvaises lois et d’une société malade », a déclaré Sascha Elser, porte-parole de l’événement antifasciste.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui