Hausse du chômage chez les jeunes au Moyen-Orient - 3

Près d’un quart des jeunes du Moyen-Orient sont au chômage.

Sans mesures, des millions de personnes seront sans emploi chaque année, selon le FMI.

L’avertissement se trouve dans le rapport de mai au Fonds monétaire international (FMI) sur les perspectives économiques dans la région.

Selon le FMI, la croissance actuelle de l’emploi n’a pas pu réduire le chômage, ce qui est une raison importante pour laquelle beaucoup se sont joints aux manifestations de masse au Moyen-Orient pendant le soi-disant printemps arabe de 2011.

Le FMI a souligné, entre autres, que les pays dépendants des importations de pétrole au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ont besoin d’une croissance de 6,2% par an pour maintenir le chômage global au niveau actuel de 10%. Ils doivent également être en mesure de créer 25 millions de nouveaux emplois au cours des cinq prochaines années, selon Jihad Azour, directeur du FMI pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Selon les perspectives du FMI, la croissance de ces pays devrait rester aux niveaux actuels, soit un peu plus de 4 %.

Les dettes augmentent

La combinaison d’un chômage élevé et d’une dette publique croissante est particulièrement préoccupante dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, a fait valoir M. Azour.

Il a souligné que la dette moyenne des pays importateurs de pétrole de la région dépasse désormais 80% du PIB.

Du côté des pays exportateurs de pétrole, la croissance a fortement fluctué ces dernières années en fonction des prix du pétrole. Alors qu’il atteignait 5 % en 2016, il est tombé à 1,7 % l’année suivante.

Le FMI estime que la croissance atteindra à nouveau 3% cette année, et 3,3% l’année prochaine.

Le prix du pétrole est désormais d’environ 75 dollars, contre moins de 30 dollars début 2016.

Besoin de réformes

Mais il n’en restera pas là selon le FMI, qui a recommandé aux pays de profiter des bons moments pour mener des réformes économiques.

« Parmi les réformes qui s’imposent, il y a plusieurs mesures qui vont complètement
éliminer les subventions à l’énergie, ainsi que les modifications des systèmes de retraite et de sécurité sociale, y compris une révision de l’âge de la retraite », indique le rapport.

Selon le FMI, le fait que la dette augmente rapidement dans de nombreux pays de la
région est préoccupante.

Les pays du Golfe, Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont connu une contraction de 0,2% l’année dernière.

Pour l’Arabie saoudite, la baisse a été de 0,7 %. Cette année, on s’attend à ce qu’il se développe à nouveau.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui