Beaucoup se tournent vers les centres d'inceste - 3

Près de 3 500 femmes et plus de 1 000 hommes se sont tournés l’an dernier vers les 22 centres de protection contre l’inceste et les agressions sexuelles. Il s’agit d’une augmentation de 14 %.

Au total, il y a eu 33 574 demandes d’utilisateurs aux centres d’inceste, selon les statistiques annuelles de la Direction de l’enfance, de la jeunesse et de la famille (Bufdir).

« Il est positif que davantage de personnes utilisent les centres », a déclaré la directrice de Bufdir, Mari Trommald. Ceci indique que les centres, depuis plusieurs années, travaillent activement à la promotion de leurs offres et de leur existence.

« Nous espérons que cette divulgation de l’offre, ainsi qu’une transparence accrue dans la communauté autour des agressions sexuelles, inciteront davantage de personnes à souhaiter utiliser l’offre », a déclaré Trommald dans un communiqué de presse.

La plupart des utilisateurs, près de huit sur dix, ont eux-mêmes été exposés à l’inceste.

Mais les proches se tournent également vers les centres. Près de la moitié des membres de la famille étaient les mères d’une personne victime d’une agression sexuelle.

De tels abus se produisent le plus souvent dans les relations familiales proches, a déclaré Bufdir. Seulement 13% des victimes ont été victimes d’abus par une personne inconnue, tandis qu’un quart ont été victimes d’abus par un parent.

La plupart avaient été exposés à des abus à un très jeune âge, près de quatre à dix ans avant d’atteindre l’âge de sept ans.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui