Beaucoup de gens craignent que les robots ne prennent leur travail - 3

Quatre sur dix craignent que les robots et la numérisation ne leur prennent leur travail, montre le dernier baromètre de la charge de travail YS.

43% ont déclaré qu’ils pensaient que les nouvelles technologies pourraient prendre en charge une partie ou la plupart de leurs tâches de travail. C’est 13% de plus qu’il y a à peine deux ans.

«Il est clair que nous commençons à avoir un œil sur les conséquences du développement technologique. La Norvège a une économie sophistiquée et le temps des tâches simples et manuelles est bien révolu », a déclaré Jorunn Berland, chef de la Fédération centrale de l’Organisation du travail (JS) à NTB news.

Découvrez les Aurores Boréales

Le baromètre sera publié dans son intégralité mardi à Arendalsuka. C’est la dixième année consécutive que YS mesure l’état de la vie professionnelle.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

À l’honneur

La marche en avant et la numérisation du robot ont beaucoup retenu l’attention ces dernières années. En outre, un certain nombre de secteurs, tels que le secteur bancaire et financier, ont connu de réels changements. C’est probablement la raison pour laquelle plus de gens craignent de devenir redondants, estime YS.

Dans le même temps, toutes les industries ne sont pas concernées et plus de 55% ont répondu «non» à la question de savoir si le travail peut être effectué par une machine.

«Bien que les machines ou les robots seront probablement capables d’exécuter de nombreuses tâches à l’avenir, nous aurons toujours besoin de personnes et de mains sur le lieu de travail», a déclaré Berland.

Mais dans le service postal, il faudra peut-être bientôt moins de personnel et de main-d’œuvre. À Arendal, Norway Post lancera le premier robot de courrier et de paquets autonome au monde.

Séparer les lignes

Les plus âgés et les moins scolarisés sont un peu plus susceptibles de penser que leur emploi ne peut pas être repris par la technologie, que les jeunes et les plus scolarisés ont montré le baromètre.

Les employés du secteur public se sentent également plus en sécurité dans leur emploi que ceux du secteur privé.

Cependant, dans le secteur bancaire, de l’assurance et de la finance, trois sur quatre craignent que la numérisation n’affecte leur emploi.

«Nous parlons souvent des tâches simples lorsque nous discutons de la robotisation, mais c’est plus que cela», a déclaré Berland.

Plus avancé

De nombreux types de tâches de travail, y compris les plus avancées, seront finalement résolus numériquement, a-t-elle soutenu.

«La chirurgie en est un bon exemple».

L’Institut de recherche sur le travail a préparé le Baromètre du travail au nom de YS. Cette année, plus de 3 000 travailleurs ont participé à l’enquête, ainsi que près de 1 900 personnes qui, pour diverses raisons, sont sans travail.

Le baromètre a également montré que près de quatre employés à temps partiel sur dix souhaitent travailler davantage, a écrit le journal Dagsavisen. 19% des employés à temps partiel veulent le plein emploi, tandis que 17,8% veulent travailler davantage, mais pas à temps plein.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui