Une pure chasse aux sorcières dit Letnes - 3

Une pure chasse aux sorcières dit Letnes

Per Sandberg et sa petite amie norvégienne-iranienne, Bahareh Letnes, rencontreront ensemble la presse mardi après-midi. Letnes dit qu’elle a vécu l’affaire comme une chasse aux sorcières.

La petite amie du ministre de la Pêche sortant du Parti du progrès (Frp) dit à VG qu’il y aura une conférence de presse mardi, mais ne répond pas directement à la question de savoir de quoi il s’agira.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

– A propos de l’affaire. Ensuite, vous serez autorisé à nous tirer encore plus. Alors vous obtiendrez des réponses, dit Letnes.

Dans un SMS à Adresseavisen, elle écrit : – J’ai vécu cela comme une pure chasse aux sorcières.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

À Dagens Næringsliv, elle déclare que la réunion avec la presse aura lieu mardi à 15 ou 16 heures, environ un jour après le départ de Sandberg du gouvernement.

– Nous faisons nos plans ce soir, mais c’est dans les cartes que nous devons vous rencontrer. Demain est la première opportunité, écrit Sandberg dans un SMS à Nettavisen lundi.

Le lieu de la conférence de presse n’a pas encore été décidé.

Au plaisir de travailler avec Nesvik en tant que ministre des Pêches

– Harald Tom Nesvik (52) a une bonne connaissance de l’industrie de la pêche. Nous sommes impatients de travailler avec lui en tant que ministre de la Pêche, déclare Jonny Berfjord, chef de l’organisation Fiskebåten (le bateau de pêche).

– Depuis plusieurs années, Nesvik s’intéresse beaucoup à l’industrie de la pêche. Il s’est clairement imposé comme un homme politique de l’industrie depuis plusieurs années. En plus d’avoir une solide expérience politique du Parlement (Stortinget), il a participé avec diligence aux réunions avec l’industrie de la pêche. Il a donc tous les prérequis pour devenir un bon ministre de la Pêche pour tout le pays, poursuit Berfjord.

– Sandberg a été un ministre des Pêches engagé, sans peur et bien informé. Mais compte tenu de l’évolution de l’affaire entourant le voyage en Iran, il n’était plus possible pour Sandberg de continuer en tant que ministre du Cabinet, conclut Berfjord.

Le Parti socialiste (SV) portera l’affaire téléphonique devant la commission de contrôle

SV poursuivra l’affaire avec la violation de la sécurité du gouvernement au Parlement, même si Per Sandberg (Parti du progrès) a démissionné.

– Sandberg n’était pas seulement une exception, il était en fait un exemple. Voici plusieurs facteurs qui révèlent une culture de sécurité misérable au sein du gouvernement, déclare Torgeir Knag Fylkesnes (SV), qui fait partie du Comité de contrôle et de constitution, à NTB.

Il souligne le fait que le ministre des Transports, Ketil Solvik-Olsen (Frp) et deux secrétaires d’État ont également amené des téléphones portables dans des pays à haut risque sans prendre les précautions nécessaires.

– SV a encore un certain nombre de questions auxquelles nous voulons une réponse et donc porter cette question devant le comité de contrôle. Nous devons aller au fond de l’ampleur du manque de routines de sécurité dans les ministères et comment cela a été autorisé à se produire, dit-il.

Sandberg a été remplacé lundi par Harald Tom Nesvik au poste de ministre des Pêches. Sandberg a été contraint de démissionner parce qu’il a apporté son téléphone officiel en Iran et n’a pas informé le Premier ministre du voyage à l’avance.

Fylkesnes pense que l’affaire affaiblit le Premier ministre Erna Solberg (conservateurs).

– Elle a maintenant un mauvais point de départ pour l’audience sur la préparation aux situations d’urgence plus tard ce mois-ci. L’affaire Sandberg et les critiques écrasantes du Bureau du vérificateur général contre le travail de préparation du gouvernement doivent être replacées dans leur contexte. Erna Solberg s’est rendue aux élections en promettant de donner au pays un élan pour la sécurité et la préparation, mais fait maintenant preuve d’un leadership défaillant et d’un manque d’attention à la sécurité.

Le parti travailliste envisage de rejoindre le train en marche avec SV, selon le chef du parti travailliste, Jonas Gahr Støre.

© NTB scanpix / Fiskebåten / #La Norvège aujourd’hui