La production élevée d'énergie solaire a entraîné le rejet de l'électricité - 3
Cellules solaires. Photo pixabay.com

Alors que les réservoirs d’eau sèche fonctionnent avec des prix de l’électricité plus élevés et que les petits producteurs solaires se portent bien, les grands fabricants doivent se retirer de l’énergie solaire en vertu des règles actuelles.

Les réglementations norvégiennes actuelles ouvrent la voie à ce que l’on appelle les «clients plus», les fabricants de cellules solaires qui produisent plus que ce dont ils ont besoin, pour revendre le surplus d’électricité au réseau.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Avec les conditions solaires extrêmes de cette année et les prix élevés de l’électricité, de nombreuses personnes en bénéficient, selon le journal Tekniske Ukeblad. Mais dès qu’un fabricant fournit plus de 100 kilowatts de puissance au secteur, il passe à une autre catégorie et doit payer un tarif d’alimentation annuel, qui peut être coûteux. Pour l’éviter, plusieurs grands producteurs d’énergie solaire auront arrêté la production d’énergie respectueuse de l’environnement cet été.

«Nous avons eu une surproduction pendant certaines parties de la semaine chaque semaine cet été. Ainsi, nous avons dû éteindre la production d’électricité. Et je pense que c’est assez triste de produire de l’énergie verte que personne ne peut utiliser  », a déclaré Lars Erik Olsen, directeur technique de la chambre froide d’Asko à Vestby, qui possède le plus grand système solaire de Norvège sur le toit.

Découvrez les Aurores Boréales

Ils s’attendent à avoir perdu de l’électricité pour un montant à six chiffres cet été.

Cependant, l’Autorité de régulation de l’énergie de NVE a déclaré que des modifications des règles pour les clients plus avaient été adoptées en juillet. Cela signifie que les systèmes solaires qui alimentent plus de 100 kilowatts à partir de la nouvelle année ne paieront pas le tarif d’alimentation fixe jusqu’à 19 300 couronnes, mais paieront à la place 1,3 øre par kilowattime pour le courant alimenté dans le secteur.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui