«L'Avare», prévient Solberg au Cabinet - 3

«L’Avare» Solberg met en garde ses collègues du gouvernement

Lorsque l’économie va bien, le gouvernement doit se retenir. Cela signifie une discipline budgétaire stricte, même pour l’année électorale, déclare la Première ministre norvégienne Erna Solberg (conservatrice).

Mercredi et jeudi, elle réunira son collège pour une conférence budgétaire décisive au cabinet du Premier ministre. Les ministres pleins d’espoir avec de longues listes pleines de bonnes intentions reçoivent le message suivant à leur arrivée:

– L’économie norvégienne ne peut tolérer un budget conséquent pour le moment. Nous avons eu des budgets considérables alors qu’il y avait peu de croissance dans le secteur privé, mais maintenant il y a une forte croissance dans ce secteur. Ensuite, nous devons avoir moins de croissance des budgets publics, dit Solberg à NTB.

Elle s’attend à des combats entre différents ministères pour obtenir des moyens, mais estime que les conservateurs (Høyre), le Parti du progrès (Frp) et les libéraux (Venstre) sont d’accord sur l’objectif principal.

– Nous avons une vision commune du maintien d’emplois rentables et du développement de l’économie norvégienne de bas en haut. Cela signifie que la compréhension que ce n’est pas le moment de dépenser autant d’argent dans les budgets est présente.

Mettre fin aux importantes baisses d’impôts

Des sources proches du processus budgétaire indiquent que le temps des importantes réductions d’impôts est révolu, tant d’année en année que pendant la législature en tant que telle. Depuis 2013, le gouvernement a aboli l’impôt sur les successions, réduit l’impôt sur la fortune, supprimé la taxe sur les machines et réduit à la fois l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés.

Solberg constate que les plus grandes menaces pour l’économie norvégienne viennent maintenant de l’étranger en termes de conditions instables au niveau international et de guerres commerciales. Dans le même temps, la situation peut changer soudainement, comme lorsque les prix du pétrole ont soudainement chuté à l’automne 2014 et entraîné une baisse de l’économie norvégienne.

Mais la baisse s’est inversée depuis longtemps et la Banque de Norvège a annoncé des hausses de taux d’intérêt en septembre.

– Dans l’intérêt du secteur concurrentiel, nous devons nous assurer que nous n’augmentons pas le taux de change par le biais de notre politique budgétaire, rendant ainsi plus d’entreprises non rentables, dit Solberg.

– Lorsque nous abordons une situation de pression sur le marché du travail et que nous luttons pour trouver des ouvriers, le public ne doit pas évincer les entreprises privées.

Plusieurs gagnants

Cependant, certains ministres du Cabinet pourraient entrer en 2019 avec le sourire aux lèvres, car le gouvernement s’est engagé à dépenser beaucoup d’argent dans la défense, les transports et la santé. En outre, le gouvernement a annoncé une incitation à grande échelle pour offrir un emploi à davantage de personnes actuellement au chômage.

Et à l’approche de la date limite du budget, le gouvernement reçoit un message de bienvenue de Statistics Norway: au cours de l’année écoulée, le nombre de personnes employées a augmenté de 54 000 personnes. Cela signifie une augmentation du taux d’emploi de 66,5 à 67,5 pour cent.

– Plus nous créons d’emplois, plus il est facile de financer l’aide sociale future, dit Solberg.

Prévisions budget neutre

DNB Markets estime dans ses perspectives économiques que les dépenses des fonds pétroliers passeront à 235 milliards NOK l’année prochaine. Si le fonds pétrolier croît conformément aux attentes, cela indiquera des dépenses de recettes du fonds pétrolier de 2,7% – bien en dessous de la règle des 3%.

Le contexte économique est que le chômage continue de baisser lentement, une monnaie un peu plus forte, des taux d’intérêt toujours bas – quoique légèrement en hausse – et une inflation faible. Selon DNB Markets, ce scénario indique une politique budgétaire neutre dans un proche avenir.

– Dans l’ensemble, on attend un budget neutre de la part du gouvernement, mais il est plus probable que le budget devienne cher que l’inverse, écrit DNB Markets.

La proposition du gouvernement norvégien pour le budget de l’État de l’année prochaine sera présentée le lundi 8 octobre.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui